Football

17 novembre 2019 10:42; Act: 18.11.2019 11:51 Print

Il ramène ses ballons au lit comme des copines

Phénomène du moment dans le monde du football, l'attaquant norvégien Erling Braut Håland (19 ans) a une pratique bien étrange lorsqu'il inscrit des triplés.

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis le début de la saison, Erling Braut Håland, jeune buteur pour le RB Salzbourg, enquille les réussites. Encore plus impressionnant, l'international norvégien, né à Leeds (Royaume-Uni) a même inscrit cinq triplés depuis la reprise cette année, dont un en Champions League contre Genk. Presque une habitude pour lui. En mai dernier, lors de la Coupe du monde des M20, le chasseur de buts avait fait exploser le Honduras (12-0) avec 9 pions.

Comme le veut la tradition, Håland a conservé pour chacun de ses «hat-tricks» le ballon du match en souvenir. Et ce n'est pas pour les empiler dans le garage ou à la cave. Ils sont dans mon lit et je dors bien avec, a admis le jeune homme au quotidien Dagbladet. Je les regarde tous les jours. À Salzbourg j'en ai cinq. Ce sont mes petites amies».

La dernière victime en date est le club de Wolfsberg, battu 3-0 dimanche dernier. Håland a bien entendu marqué les trois buts pour porter son total à 26 buts (dont 7 en Champions League) en 18 matches. Wolfsberg est d'ailleurs un adversaire apprécié par la jeune terreur des surfaces. En août dernier, Salzbourg s'était imposé 5-2 contre la même équipe avec le premier triplé de la starlette. Au terme de la partie, le Norvégien avait été interviewé par Sky Sports. À la question de savoir ce qu'il allait faire du ballon, il a répondu: «Je vais le ramener à la maison et le laisser être ma copine pour la nuit».

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.