Football/Drame

20 janvier 2020 12:34; Act: 20.01.2020 12:54 Print

Il y a un an disparaissait Emiliano Sala

Le 21 janvier 2019, Emiliano Sala passe la journée à Nantes pour les derniers détails de son transfert et salue ses amis. Puis il s'envole pour Cardiff, où il n'arrivera jamais.

storybild

Un an après, l'émotion est encore vive et les polémiques font rage sur les responsabilités dans l'accident d'avion et le paiement du transfert. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a un an, Emiliano Sala, 28 ans, passe la journée du 21 janvier à Nantes pour régler son départ et saluer ses coéquipiers. Auteur d'un excellent début de saison avec douze buts, il vient de s'engager à Cardiff, où son salaire, selon des médias, va être multiplié par six. À 19h15, il repart pour Cardiff à bord d'un petit avion de tourisme. Mais vers 20h20, l'avion disparaît des radars au large de l'île anglo-normande de Guernesey.

Les recherches pour retrouver le joueur et le pilote David Ibbotson, 59 ans, sont interrompues au bout de trois jours mais des recherches privées lancées par la famille grâce à une souscription sur Internet permettent de localiser l'avion et d'y récupérer un corps, formellement identifié le 8 février comme celui de Sala. Selon le rapport d'autopsie, Sala est décédé des suites de «blessures à la tête et au tronc». Il a aussi été exposé à un niveau de monoxyde de carbone susceptible de provoquer convulsions, perte de conscience ou crise cardiaque. Un an après, l'émotion est encore vive et les polémiques font rage sur les responsabilités dans l'accident d'avion et le paiement du transfert.

Pilote arrêté puis relâché

Le vol a été organisé par le pilote britannique David Henderson, à la demande de l'intermédiaire Willie McKay et de son fils Mark, l'agent mandaté par Nantes pour mener à bien le transfert de Sala, qui déclarent avoir payé la totalité du voyage. Cardiff assure pour sa part avoir proposé un vol commercial au joueur, qui l'a décliné, même s'il s'est inquiété avant le décollage de l'état du petit avion. Or, ce monomoteur Piper PA-46 Malibu n'était pas autorisé à effectuer des vols commerciaux et son pilote, David Ibbotson, n'était pas habilité à transporter des passagers payants.

Il n'est pas certain non plus qu'il ait été autorisé à voler de nuit. En juin, la police britannique a arrêté puis rapidement relâché David Henderson. Selon plusieurs médias, le club de Cardiff envisage de porter plainte en France contre ce dernier, le clan McKay et peut-être aussi le FC Nantes, au minimum pour négligence. Lors de la signature du transfert le 19 janvier 2019, Cardiff s'était engagé à verser 17 millions d'euros en trois versements, dont Nantes devait ensuite reverser la moitié à Bordeaux. Nantes réclame ces paiements, faisant valoir que le Certificat international de transfert (CIT) a été reçu le lundi 21 janvier, avant l'accident.

Une décision de justice en juin?

Cardiff évoque pour sa part des «anomalies» dans le transfert et assure que l'enquête sur les responsabilités dans l'accident pourrait avoir un impact. Fin septembre, la FIFA a ordonné à Cardiff d'honorer un premier versement de 6 millions d'euros, sous peine de se voir interdit de mercato pendant 18 mois. Mais Cardiff a fait appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). «A priori, une décision finale ne devrait pas intervenir avant le mois de juin», a expliqué à l'AFP Matthieu Reeb, secrétaire général du TAS à Lausanne.

Le joueur recevra un hommage du FC Nantes dimanche en Ligue 1 contre Bordeaux, club formateur de Sala, avec un maillot spécial aux couleurs de l'Argentine, un immense tifo et une minute d'applaudissements. À Cardiff, les supporters sont invités à venir honorer sa mémoire mardi devant le stade et une cérémonie religieuse est prévue dans l'après-midi. Il s'agissait du transfert le plus cher de l'histoire de Cardiff et pour le club gallois, retourné depuis en 2e division, le coup est rude.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • leo le 20.01.2020 23:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n a pas disparu. On l a trouvé dans l eau

Les derniers commentaires

  • leo le 20.01.2020 23:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n a pas disparu. On l a trouvé dans l eau