Foot/Italie

10 décembre 2018 16:29; Act: 10.12.2018 16:50 Print

Ils n'auraient pas dû laisser jouer Davide Astori

Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte à l'encontre de deux médecins qui avaient déclaré Davide Astori apte à jouer, malgré des anomalies cardiaques.

storybild

Un quotidien de Florence avait publié deux électrocardiogrammes de l'ancien international italien, datant de juillet 2016 et juillet 2017 et faisant tous deux état d'anomalies cardiaques. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte à l'encontre de deux médecins ayant produit des certificats médicaux déclarant apte à jouer malgré des anomalies cardiaques le footballeur Davide Astori, mort subitement en mars à la veille d'un match, a confirmé lundi, le parquet de Florence.

L'ouverture de cette enquête visant les deux médecins, qui travaillent pour des organismes publics de Florence et Cagliari, intervient alors qu'un quotidien de Florence avait publié deux électrocardiogrammes de l'ancien international italien, datant de juillet 2016 et juillet 2017 et faisant tous deux état d'anomalies cardiaques.

Or, Astori, retrouvé mort le 4 mars dernier dans un hôtel d'Udine, à la veille d'affronter l'Udinese avec la Fiorentina, serait mort à cause d'une tachyarythmie, une accélération anormale du rythme cardiaque, selon le rapport d'autopsie. Les premiers examens réalisés juste après la mort du joueur avaient au contraire conclu à une «probable bradyarythmie», un ralentissement du cœur. Ces électrocardiogrammes ont été transmis aux enquêteurs.

Défenseur central, Astori, mort à 31 ans, comptait 14 sélections avec l'Italie. Il avait joué pour la Roma, l'AC Milan ou encore Cagliari, avant de devenir le capitaine de la Fiorentina.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 11.12.2018 11:11 Report dénoncer ce commentaire

    Un cardiologue visité après ma carrière sportive m'a dit que tous les footballeurs sont malades du coeur, des problèmes de rythme, le plus souvent en situation de repos où le ralentissement est le résultat d'un entraînement intensif, qui peut s'inverser en accéleration. Sauf cas extrême, la décision appartient toujours au joueur émancipé. Mais qu'en est-il des enfants qui sont astreints à des entrainements quotidiens et matchs sans récupération et sommeils suffisants. La FLF surveille-t-elle médicalement ses 200 selectionnés?

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 11.12.2018 11:11 Report dénoncer ce commentaire

    Un cardiologue visité après ma carrière sportive m'a dit que tous les footballeurs sont malades du coeur, des problèmes de rythme, le plus souvent en situation de repos où le ralentissement est le résultat d'un entraînement intensif, qui peut s'inverser en accéleration. Sauf cas extrême, la décision appartient toujours au joueur émancipé. Mais qu'en est-il des enfants qui sont astreints à des entrainements quotidiens et matchs sans récupération et sommeils suffisants. La FLF surveille-t-elle médicalement ses 200 selectionnés?