Football

27 juin 2019 09:39; Act: 27.06.2019 10:14 Print

«Je n'irai pas dans cette "p... de Maison-​​Blanche"»

Megan Rapinoe, capitaine des États-Unis, en a remis une couche contre Donald Trump. Ce dernier a réagi.

storybild

Megan Rapinoe n'a pas la langue dans sa poche - ni son poing.

Sur ce sujet
Une faute?

La sélection féminine des États-Unis, tenante du titre, n'est pas encore assurée de conserver «sa» Coupe du monde de football, puisqu'elle affrontera la France - pays organisateur - vendredi, en quart de finale. Mais Megan Rapinoe a tenu à prendre les devants, histoire de prévenir tout malentendu: «Je n'irai pas dans cette p... de Maison-Blanche», a communiqué la capitaine, lapidaire, lundi après la victoire contre l'Espagne en huitième de finale (2-1).

La joueuse de 33 ans n'a pas souhaité attendre de savoir si les États-Unis fêteraient ou non leur quatrième titre mondial pour tirer les choses au clair. Non, elle n'honorera pas, mais alors pas du tout, une éventuelle invitation officielle de Donald Trump. Un monsieur qu'elle juge «sexiste», «raciste», «ennemi des femmes» et, pour tout dire, «mauvais».

Megan Rapinoe, figure de proue de la lutte contre toute forme de discrimination, s'est déjà signalée à de nombreuses reprises pour dire tout le mal qu'elle pense de son président. En 2016, après que le joueur de football américain Colin Kaepernick a mis genou à terre pendant l'hymne national, afin de signifier son désaccord avec la politique de la Maison-Blanche, la footballeuse en avait fait de même... avant d'être recadrée par sa fédération.

Depuis, Megan Rapinoe s'abstient de chanter l'hymne et, au lieu de se mettre une main sur le cœur à l'image de certaines coéquipières, elle la garde dans le dos. Comme si le symbole n'était pas assez fort, elle a ressenti le besoin de (re)mettre quelques mots sur l'antipathie qu'elle éprouve pour Donald Trump.

La réponse de Donald Trump

Le président américain n'a pas tardé à réagir via Twitter: «La joueuse de football @mPinoe a dit qu'elle ne viendra pas «dans cette p... de Maison-Blanche si nous gagnons». (...) Je suis un grand fan de l'équipe américaine, et du football féminin, mais Megan devrait d'abord GAGNER avant de PARLER. Finissez le travail! Nous n'avons pas encore invité Megan ou l'équipe pour le moment, mais je le fais maintenant, j'invite l'ÉQUIPE qu'elle gagne ou qu'elle perde. Megan ne devrait jamais manquer de respect à notre pays, à la Maison-Blanche ou à notre drapeau, notamment en regard de tout ce qui a été fait pour elle et pour son équipe. Sois fière du drapeau que tu portes. Les États-Unis sont GRANDS!».

(L'essentiel)