Football

13 mars 2021 10:03; Act: 13.03.2021 14:54 Print

«Je suis homo, mais ça ne me caractérise pas»

Pauline Peyraud-Magnin a été la première footballeuse internationale française en activité à rendre publique son homosexualité, en août.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La gardienne des Bleues et de l'Atlético Madrid et sa compagne Camille, ont reçu l'AFP chez elles, dans l'intimité de leur appartement de la banlieue de la capitale espagnole, pour un entretien entre leurs chats, leurs chiens et une écharpe rouge et blanche de l'«Atleti».

En août 2020, Pauline Peyraud-Magnin (28 ans) poste une photo d'elle avec la femme qui partage sa vie depuis plus d'un an. Les messages de félicitations et les sollicitations médiatiques pleuvent: elle est la première joueuse internationale française (12 sélections) à révéler son homosexualité au grand public pendant sa carrière.

«On était à Madrid...», s'élance Pauline. «...on se trouvait super jolies», embraye Camille dans un timide éclat de rire.

Cette photo, «je l'ai postée comme ça, c'était assez soudain. On ne s'est pas dit: "On va faire ça pour avoir toutes ces retombées derrière". Ça n'a jamais été l'objectif. On a lu les messages ensemble. Il y en a eu plein. De beaux messages. Des messages durs, aussi. Pas négatifs, mais durs à entendre, à lire. Notamment une jeune fille en Amérique du Sud qui disait que c'était très compliqué de vivre son homosexualité là-bas. À ce moment-là, on se dit qu'on a de la chance, et qu'il faut la saisir», détaille la gardienne de l'Atlético, qui enfilera les gants dimanche pour défier le Real dans le derby madrilène de la Liga féminine.

«Dingue!»

«Pour moi, c'était normal de poster une photo sur mon compte. Je n'avais pas vu l'impact que ça aurait», poursuit la joueuse de l'Atlético.

Les réactions positives affluent sur les réseaux sociaux et dans les médias. La gardienne assiste à cet engouement alors qu'elle est avec l'équipe de France, partie pour la Macédoine du Nord (11-0) le 23 octobre dans le cadre des qualifications pour l'Euro.

Toutes ces réactions ont «étonné» Camille, sa compagne : «On est au XXIe siècle... Qu'on me félicite de poster une photo normale avec ma copine... C'est mignon, mais voilà, je trouve ça étonnant. Dans les autres pays, il y en a plein, des footballeuses homosexuelles, et ça a l'air de plutôt bien se passer...», s'émeut-elle.

Toutes ces sollicitations ont-elles pesé sur le quotidien des deux femmes? «Pour moi, là, ce qu'on est en train de faire (cet entretien), c'est fou. Je ne comprends pas qu'on s'attarde tellement sur ce sujet, qu'on en vienne même à faire un reportage... C'est trop dingue ! Je ne m'en rends pas compte. Pour moi, c'est normal, en fait», dit «PPM».

«Je n'attendais rien. Mais j'ai été agréablement surprise qu'il y ait autant de démarches. Je me suis dit que c'est vraiment un sujet qui mérite d'être ouvert. Je pense qu'aujourd'hui, on a besoin de passer un cap, vraiment. C'est nécessaire», affirme la joueuse.

«Pourquoi se cacher? »

«Pourquoi se justifier ou se cacher ?», interroge la gardienne formée à Lyon. «Laissez vivre les gens. Je suis homo, mais ça ne me caractérise pas. Comme une couleur de peau, comme une religion», appuie-t-elle, évoquant un «sujet qui (lui) tient vraiment à coeur».

Le fait que cette annonce ait eu lieu à l'étranger n'est peut-être pas anodin pour ces deux Françaises, qui «s'affichent moins en France».

«En France, il y a peut-être des endroits ou des heures que l'on évite. En Espagne, la première fois que l'on est venues, on est allées dans une rue très passante. On s'est installées à un bar, sur une terrasse... Il y avait énormément d'homosexuels, hommes, femmes... et ça ne dérangeait personne. On était étonnées, on s'est dit : "Mais on est où ?!" (rires)».

Après avoir beaucoup voyagé, entre Lyon, Saint-Etienne et Marseille en France, Arsenal et l'Atlético à l'étranger, Pauline Peyraud-Magnin a été «très agréablement surprise par les réactions positives dans le foot».

Son acte pionnier pourrait-il désormais ouvrir la porte à d'autres femmes, d'autres footballeuses ou sportifs ?

«Je l'espère. Mais je ne force personne, je sais que ça peut être compliqué. C'est vraiment personnel, c'est propre à chacun. Moi, je l'ai dit, voilà. Et si j'ai eu plus de facilités à dire les choses, c'est aussi parce que je pense que j'ai rencontré la bonne personne», glisse Pauline, le regard tourné vers Camille.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 13.03.2021 12:08 Report dénoncer ce commentaire

    En quoi est ce important de savoie si l'un ou l'autre est lesbienne ou homo! C'est leur vie, qu'ils la vivent comme ils/elles l'entendent

  • stephane le 13.03.2021 10:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On s’en fou. Franchement. Vous voulez en faire une norme . C’est bon pour la planète si il y a moins de population.

  • Eric le 13.03.2021 19:06 Report dénoncer ce commentaire

    Je n'ai rien contre homosexualité mais c'est tellement médiatisé, on parle tellement et on le montre à la télé et dans la rue que je suis obligé d'expliquer aux enfants que c'est des gens qui sont malades. Il faut absolument les protégés pour que demain il n'essaye pas de devenir homosexuelle uniquement par la curiosité.

Les derniers commentaires

  • JDCJDR le 13.03.2021 20:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    PMA pour toutes

  • Eric le 13.03.2021 19:06 Report dénoncer ce commentaire

    Je n'ai rien contre homosexualité mais c'est tellement médiatisé, on parle tellement et on le montre à la télé et dans la rue que je suis obligé d'expliquer aux enfants que c'est des gens qui sont malades. Il faut absolument les protégés pour que demain il n'essaye pas de devenir homosexuelle uniquement par la curiosité.

    • Universel le 13.03.2021 23:30 Report dénoncer ce commentaire

      @Eric . Et vous vous basez sur quels éléments pour déclarer que c'est une maladie ? C'est surement votre stricte opinion guidée par la peur et la réfraction. Pensez vous que vous deviendriez homo si vous viviez dans une ville peuplée uniquement de personnes gays ? J'imagine que non, donc vos enfants seront homo si leur nature profonde les guides dans ce sens et non pas par mimétisme social.

  • Pas une victoire le 13.03.2021 16:55 Report dénoncer ce commentaire

    OK mais en quoi ce n'est pas une caractéristique. Avoir les cheveux court, les cheveux bleu, la peauborange, les yeux vert, une allergie au gluten, ne pas aimer le fromage, adorer les patate douce, aimer les hommes ou les femmes. Tout ça ce sont justement des caractéristiques. C est triste de vouloir tout standardiser, aseptiser. La victoire ça serait qu'on arrête de faire un article sur les coming out célèbre. Mais le voyeurisme ça attire tellement les lecteurs et grâce à la pub ça rapport de l argent.

  • Bon sens le 13.03.2021 15:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le monde du football est macho ça doit être plus facile pour les femmes que pour les hommes d’avouer son homosexualité !

  • Ines le 13.03.2021 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des gens comme les autres