Roi du football

19 novembre 2019 17:21; Act: 19.11.2019 17:59 Print

Le 1000e but de Pelé, il y a 50 ans jour pour jour

Le Brésilien Pelé reste un des plus grands joueurs de l'histoire du football. Il y a 50 ans ce mardi, il inscrivait, sur penalty, le 1000e but de sa carrière.

Sur ce sujet
Une faute?

Le 19 novembre 1969, alors qu'une panne de retransmission prive le monde du deuxième alunissage de la Mission Apollo 12, les Brésiliens, eux, ne manquent rien d'un instant jugé plus historique encore: le 1000e but de Pelé. Pour le Brésil et son «Roi», cette date ne pouvait être mieux choisie pour réaliser pareil exploit. Le peuple célèbre ce jour-là le drapeau national, institué en 1889. Pelé, lui, fête l'anniversaire de sa mère.

Quel plus beau cadeau à offrir que ce «Gol Mil» emprunt de fierté pour chacun? Fierté pour les Brésiliens de posséder le meilleur joueur et assurément buteur de tous les temps, et pour Maria Celeste Arantes de voir son fils prodige entrer dans la légende. Le destin faisant parfois bien les choses, il a empêché le numéro 10 de Santos de franchir son Everest, trois jours auparavant, à Salvador.

En fin de match contre Bahia, Pelé a d'abord vu sa frappe repoussée par la transversale, puis son équipier Jair Bala reprendre, devant lui, le ballon pour marquer. Las! Aux plus grands artistes, les plus belles scènes: n'en déplaise au stade Fonte Nova, c'est le mythique Maracana, qui reçoit Vasco de Gama pour les grandes occasions, qui sera le théâtre du millième but de Pelé.

Scènes surréalistes

Les caméras en noir et blanc sont prêtes à immortaliser l'évènement, en présence de 80 000 personnes en fusion. Et ce n'est pas la pluie qui va gâcher la fête. Le «Roi» est tout proche d'inscrire ce but en première période. C'est d'abord le gardien argentin Edgardo Andrada, qui sera bien des années plus tard accusé d'assassinats pour le compte de la junte militaire de son pays (1976-1983), qui détourne son tir de l'extérieur du pied. C'est ensuite la transversale, encore elle, qui repousse son autre tentative.

«Tu ne marqueras pas aujourd'hui», lancent à Pelé ses adversaires. L'un d'entre eux, Renê, marque même contre son camp, devant les pieds royaux qui se voyaient déjà «millénaires». La fin du match approche quand, à la 78e minute, Pelé obtient une faute dans la surface. Il aura beau, plus tard, écrire dans son autobiographie que «le penalty est une façon lâche de marquer», jamais son exécution n'aura été aussi difficile à assurer. Car autour de lui, l'effervescence est à son comble et le «Roi» n'a pas le droit de se manquer.

Se déroulent alors, pendant quelques minutes, plusieurs scènes surréalistes. Des adversaires tour à tour parlent avec le tireur, histoire de retarder l'échéance. Pelé lui-même console, main sur l'épaule, l'auteur de la faute. Enfin, un dernier joueur de Vasco, ballon en main, piétine frénétiquement le point de penalty, comme pour créer une bosse sinon pour jeter un sort.

N°1000 dans le dos

Finalement, l'arbitre place le ballon sur le point de craie et Pelé, tranquille, les mains sur les hanches, s'élance enfin. Après une «paradinha», un ralentissement au dernier moment, il ouvre son pied droit et trompe Andrada, qui avait pourtant bien lu son tir. «Gooool !!!» Alors qu'il court se saisir du ballon au fond des filets pour l'embrasser, des dizaines de photographes, journalistes et supporters envahissent déjà la pelouse pour fêter le héros. Qui finit soulevé par la foule, avec son ballon toujours en main, tandis qu'une nuée de micros tente de recueillir ses premiers mots.

Le moment n'est solennel que pour les équipiers de Pelé, tous alignés sur la ligne médiane, qui assistent sans bouger à l'effusion de joie collective, jusqu'à ce que Pelé s'extirpe de la masse et vienne sauter dans les bras de chacun. À nouveau porté en triomphe par son gardien, Pelé finit par lâcher quelques mots aux médias, dédiant son but «aux enfants pauvres du Brésil».

C'est alors qu'un maillot lui est donné, floqué du nombre 1 000 dans le dos. Il le revêt, avant d'entamer un tour d'honneur d'une vingtaine de minutes, sous les vivats incessants du Maracana. Au bout de quoi, il faut bien finir ce match! Mais les dix dernières minutes n'ont plus d'importance pour personne. Les spectateurs quittent déjà le stade. L'histoire vient de s'écrire sous leurs yeux plein d'étoiles. Pelé a décroché la lune.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.