Football - Ligue 1

12 mars 2018 17:38; Act: 13.03.2018 12:09 Print

Le club lillois porte plainte pour «menaces de mort»

Le club de Lille, propriété du Luxembourgeois Gerard Lopez, a déposé plainte à la suite de l'envahissement du terrain, samedi, par des supporters au stade Pierre-Mauroy.

storybild

Le club de Lille, propriété du Luxembourgeois Gerard Lopez, réagit après l'envahissement du terrain, samedi, par ses supporters. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Au coup de sifflet final de Lille-Montpellier (1-1), des supporters de Lille ont pénétré sur la pelouse pour s'en prendre aux joueurs lillois, puis scander des messages hostiles: «Si on descend, on vous descend». Dès dimanche matin, «le parquet a ordonné d'office l'ouverture d'une enquête de flagrance», confiée à la sûreté urbaine de Lille, a indiqué lundi le parquet à l'AFP: «Quelques heures plus tard, une plainte pour violences aggravées, dégradations de biens et menaces de mort a été déposée par le club».

Dimanche, le président Gerard Lopez avait confié «qu'il fallait réagir rapidement et avec fermeté (...) On va essayer avec la justice d'établir les responsabilités. Une chose est sûre, il y aura zéro intransigeance, car rien ne justifie ce genre de comportement. C'est inadmissible, c'est prendre en otage un club, des gens qui ne le méritent pas. Ceux qui ont fait ça ne sont pas des supporters», a estimé M. Lopez.

Stade suspendu

Lundi après-midi, la maire socialiste de Lille, Martine Aubry, a réagi sur twitter pour la première fois depuis les violences: «Je condamne fermement les agissements de quelques supporters qui déshonorent notre club et le foot en général. Plus que jamais, nous devons faire bloc autour du LOSC et le soutenir jusqu'au bout pour qu'il se maintienne en Ligue 1». La Ligue de football professionnel (LFP) a condamné «fermement les débordements» des supporters de Lille et a annoncé que ce dossier serait mis en instruction, dès jeudi soir, devant ses instances disciplinaires.

Le stade du LOSC encourt une suspension à titre conservatoire le temps de l'instruction (en général trois semaines) avant des sanctions qui peuvent prendre la forme de match perdu, avec éventuellement d'autres matches à disputer sur terrain neutre et/ou à huis clos.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • amoureux GDL le 13.03.2018 08:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sans excuser un instant ces actes de violences totalement inadmissibles, il convient de mesurer toute la détresse populaire d'une région déjà en situation difficile. Mr Lopez est avec ses amis responsable de cet énorme naufrage d'un club qui est déjà relégué en seconde division virtuellement. la situation est grave car les liquidités promises ne viennent pas.. On ne s'improvise pas dirigeant d'un club de 1ere division dans cette région avec un tableau excell dans la tête. De la sueur, des larmes, du cœur, de l'envie, tout ce dont manifestement Mr Lopez ne dispose pas.. tous les zéro du monde sur un compte bancaire ne peuvent pas acheter cela.. et c'est très rassurant.

  • Florian le 12.03.2018 18:07 Report dénoncer ce commentaire

    Pour un petit petard, le FC Metz a reçu une correction folle de la part des autorités. A voir avec Lille maintenant, s'il y a 2 poids 2 mesures

  • rico le 13.03.2018 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    Mais au fait c'est qui ce Mr LOPEZ? Formule 1 maintenant Ligue 1 de Foot .Soi disant homme d'affaires !Affaires de quoi ? Je pense plutôt qu'il a un rôle de "machine a laver " Bien sur pas a laver le linge! Qui est derrière cet homme ?

Les derniers commentaires

  • rico le 13.03.2018 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    Mais au fait c'est qui ce Mr LOPEZ? Formule 1 maintenant Ligue 1 de Foot .Soi disant homme d'affaires !Affaires de quoi ? Je pense plutôt qu'il a un rôle de "machine a laver " Bien sur pas a laver le linge! Qui est derrière cet homme ?

  • amoureux GDL le 13.03.2018 08:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sans excuser un instant ces actes de violences totalement inadmissibles, il convient de mesurer toute la détresse populaire d'une région déjà en situation difficile. Mr Lopez est avec ses amis responsable de cet énorme naufrage d'un club qui est déjà relégué en seconde division virtuellement. la situation est grave car les liquidités promises ne viennent pas.. On ne s'improvise pas dirigeant d'un club de 1ere division dans cette région avec un tableau excell dans la tête. De la sueur, des larmes, du cœur, de l'envie, tout ce dont manifestement Mr Lopez ne dispose pas.. tous les zéro du monde sur un compte bancaire ne peuvent pas acheter cela.. et c'est très rassurant.

    • lucas le 13.03.2018 11:48 Report dénoncer ce commentaire

      excellent commentaire...c'est exactement ça...

    • LiNh le 13.03.2018 17:17 Report dénoncer ce commentaire

      Ça s'appelle du fanatisme... au point d'aller en découdre avec les joueurs et dirigeants de leur équipe. ...

  • MurrayRothbard le 12.03.2018 23:40 Report dénoncer ce commentaire

    Il suffit de remplacer les groupes de supporters par des écrans géants chargés de mettre l’ambiance et le problème sera réglé. Autre solution: faire appel à des orchestres privés ou recruter la chorale d’une église pour chanter dans les tribunes. Ce serait très singulier et ça coûterait moins cher aux clubs de Ligue 1 comparé aux amendes de la LFP.

  • francky le 12.03.2018 20:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la moindre des choses. sanctions minables depuis des années pour ce genre de public, comme si c'est eux qui maintenaient le club en vie. prendre exemple sur l'Angleterre

  • Unicorn le 12.03.2018 18:20 Report dénoncer ce commentaire

    Un club, propriété d'une personne? Pour cela Lille n'est plus un club, à cause d'une personne, qui se porte acquéreur, et peu importe son nom. A Dortmund, le club appartient (encore) aux supporteurs, et on voit la différence, il se fait voler tous les 6 mois ses meilleurs joueurs, et il reste toujours debout.

    • sebdesign le 12.03.2018 20:17 Report dénoncer ce commentaire

      Et la il y a une portion d'irresponsables supporters de Lille qui donnent une mauvaise image à tous les supporters. Que ce soient les joueurs/dirigeants personnes ne veulent descendre en Ligue2 et ce club n'a pas ca place en L2. Donc stop on doit punir les personnes qui étaient sur la pelouse mais surtout pas interdire de stade des personnes qui sont restées à leurs places.