Football

17 août 2018 12:04; Act: 17.08.2018 12:10 Print

Le coach bordelais déballe tout, il est mis à pied

Gustavo Poyet a tenu une conférence de presse surréaliste jeudi soir. La réponse de ses dirigeants n'a pas tardé.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président de Bordeaux, Stéphane Martin, a annoncé vendredi la mise à pied à titre conservatoire pendant une semaine de son entraîneur Gustavo Poyet, qui avait tenu des propos très durs contre sa direction la veille au soir. «C'est un entretien préalable en vue d'un éventuel licenciement. On est dans une période d'une semaine durant laquelle il peut y avoir des échanges, donc techniquement tout est possible», a déclaré le président girondin, qui recevra de nouveau Poyet dans une semaine.

L'entraînement et la préparation du déplacement prévu dimanche à Toulouse ont été confiés à Éric Bédouet, un de ses adjoints qui avait déjà joué les pompiers de service la saison dernière après le limogeage de Jocelyn Gourvennec. Poyet, muni d'un petit sac à dos et accompagné d'un membre de sa famille, a quitté le Haillan en voiture avant l'entraînement matinal prévu à 9h30 mais qui a débuté avec une heure de retard après une réunion entre les joueurs et leurs dirigeants venus annoncer leur décision.

Jeudi soir, l'ancien milieu de terrain de la Celeste s'était montré furieux en conférence de presse contre ses dirigeants qui avaient, selon lui, laissé partir l'attaquant Gaëtan Laborde à Montpellier sans l'en avertir, menaçant de quitter le club. «Je ne suis pas content aujourd'hui, c'est mon plus mauvais jour dans ce club», avait-il déclaré. «Ce que le club a fait aujourd'hui avec Gaëtan Laborde, c'est une honte. J'ai demandé au club qu'il ne parte pas jusqu'à qu'on prenne un joueur, ils n'ont pas recruté et ils ont fait partir Laborde», avait-il ajouté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 17.08.2018 13:35 Report dénoncer ce commentaire

    Et oui, un entraineur sportif n'est jamais à l'abri de voir son effectif saboté par les dirigeants de club, et ce du plus haut niveau international jusqu'au plus faible niveau au Luxembourg, chez les jeunes,

  • nohumanhater le 17.08.2018 22:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour unicorn, c’est lui qui a demandé le départ de ces joueurs et a refusé plusieurs joueurs en compensation.

  • Torol Kosso le 17.08.2018 13:13 Report dénoncer ce commentaire

    Si on parle à la presse et que l'on se fasse licencier pour cela s'appelle liberté de presse et liberté d'expression!

Les derniers commentaires

  • nohumanhater le 17.08.2018 22:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour unicorn, c’est lui qui a demandé le départ de ces joueurs et a refusé plusieurs joueurs en compensation.

  • Unicorn le 17.08.2018 13:35 Report dénoncer ce commentaire

    Et oui, un entraineur sportif n'est jamais à l'abri de voir son effectif saboté par les dirigeants de club, et ce du plus haut niveau international jusqu'au plus faible niveau au Luxembourg, chez les jeunes,

  • Torol Kosso le 17.08.2018 13:13 Report dénoncer ce commentaire

    Si on parle à la presse et que l'on se fasse licencier pour cela s'appelle liberté de presse et liberté d'expression!

    • Unicorn le 17.08.2018 16:11 Report dénoncer ce commentaire

      encore rien compris, moi, je crois qu'il s'est adressé à la presse, pour justement être licencié, et recevoir le reste de son contrat, soit quelque centaines de milliers, alors que s'il démissionne, il ne reçoit que le sourire de ses dirigeants.