Greffe du foie

27 juillet 2018 11:44; Act: 27.07.2018 12:10 Print

Le cousin d'Abidal nie avoir touché de l'argent

Gérard Armand, dont une partie du foie a été greffée en 2012 à son cousin Éric Abidal, affirme n'avoir touché «pas un centime» pour ce don d'organe.

storybild

Éric Abidal a bénéficié d'une greffe de foie de son cousin Gérard Armand en 2012. (photo: AFP/Quique Garcia)

Sur ce sujet

«Rien, pas un centime! Comment peut-on s'interroger là-dessus? Moi j'ai simplement donné mon organe pour sauver un membre de ma famille. Je n'ai pas réfléchi. C'était une bonne action, toute simple comme n'importe qui le ferait pour aider un proche malade», explique Gérard Armand, dans un entretien à La Dépêche du Midi.

Le parquet espagnol a annoncé lundi avoir demandé la réouverture de l'enquête sur la greffe du foie dont a bénéficié le footballeur Éric Abidal, à l'époque défenseur du FC Barcelone, après la publication d'informations sur un éventuel trafic d'organes. Cette décision intervient alors que l'organisation espagnole chargée du don d'organes (ONT) avait déclaré mi-juillet la greffe d'Abidal «conforme à la loi».

Cousin assez éloigné du joueur, son cousin étant un frère de sa mère, Gérard Armand revient sur la façon dont il a été contacté pour ce don. «Simplement par l'épouse d'Éric. Après son opération en 2011 d'une tumeur du foie, la maladie est assez rapidement réapparue. La seule solution d'après les médecins d'après ce que l'on m'a dit, c'était de procéder à une greffe», explique-t-il. Ensuite, ce donneur qui n'avait croisé le joueur que dans des réunions de famille et ne l'a pas revu beaucoup après, a passé moult tests psychologiques et de compatibilité. Puis l'opération a été réalisée.

«Je veux simplement qu'on me laisse tranquille»

Mais, avec la naissance de la polémique, «à force de lire les magouilles sur le trafic», il s'est demandé «si on ne l'avait pas ouvert pour rien». Aussi a-t-il fait faire une échographie. Et d'être certain maintenant qu'on lui a «bien prélevé le lobe droit de (s)on foie».

Pour Gérard Armand, qui a déménagé de Lyon à Toulouse, il est important de souligner que cette opération ne lui rien a rapporté: «Je travaille pour le même groupe. J'effectue des rotations en trois/huit. Je roule toujours en 406 et pour être très transparent, j'ai même des soucis financiers que j'ai réglés avec ma femme et mon banquier». Quant à l'enquête ouverte par le parquet de Barcelone sur la greffe, le donneur se dit prêt à collaborer. «Je répondrai à toutes les questions. Je n'ai rien à cacher. Je veux simplement qu'on me laisse tranquille», assure-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.