Équipe de Chapecoense

05 mars 2017 12:34; Act: 05.03.2017 12:34 Print

Le gardien amputé reprend goût à la vie

Trois mois après le crash aérien qui lui a coûté la jambe droite, l'ancien gardien de Chapecoense croque désormais la vie à pleines dents.

storybild

Son optimisme l'a aidé à remarcher, mais il est encore loin d'avoir soigné les blessures morales liées à l'accident. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Quand Jakson Follmann a fait ses premiers pas sans béquille, il s'est senti comme un bébé qui apprend à marcher. Grâce à une prothèse installée début février, il arrive à se tenir debout tout seul. «Ça ne sert à rien de pleurer ou de me lamenter sur mon sort», affirme ce Brésilien de 24 ans, un des six survivants de la tragédie qui a tué 71 personnes le 28 novembre. Cette nuit-là, ses rêves ont été fauchés en plein vol.

Gardien remplaçant de l'équipe qui s'est hissée à la surprise générale en finale de la Copa Sudamericana, il ne rejouera plus jamais au football. Mais il aspire avant tout à regoûter aux petits plaisirs de la vie. «Après l'accident, mon plus grand désir, c'était de me mettre debout, de prendre ma douche tout seul, de me laver les dents. Des choses toutes simples auxquelles personne ne pense», dit-il en souriant.

«Je dois respecter mon corps»

Pour lui, chaque geste du quotidien retrouvé a la même valeur qu'un titre remporté sur le terrain. Après 56 jours d'hospitalisation, son corps est encore recouvert de cicatrices et chaque mouvement est douloureux, mais sa rééducation dans une clinique de Sao Paulo donne des résultats inespérés. Des vidéos de lui chantant et jouant de la guitare font déjà fureur sur Internet.

En plus de l'amputation d'une grande partie de la jambe droite, Jakson a dû être opéré aux vertèbres. Il a aussi souffert d'une grave blessure à la cheville gauche, sans compter de multiples fractures. Malgré tout, il a gardé ses anciens réflexes d'athlète. «Quand j'ai commencé à marcher sans béquille, je voulais déjà monter des escaliers. Je voulais faire plein de choses, même si je sais que ce n'est pas encore possible. Je dois respecter mon corps», admet-il, l'air serein.

Perfectionniste, Jakson tient à exécuter dans les moindres détails tous les exercices imposés par les médecins, avec la même concentration dont il faisait preuve dans les buts. Cet état d'esprit lui réserve peut-être un futur d'athlète paralympique, une idée sur laquelle il se promet de méditer avec sa famille à l'avenir. Il vit toujours à Chapeco (sud) avec sa fiancée, mais son dernier passage à Sao Paulo pour sa rééducation lui a permis de visiter le centre national de sport adapté, où il a joué au volley en fauteuil.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.