Football en Roumanie

22 juillet 2019 17:40; Act: 22.07.2019 17:49 Print

Le match continue malgré un malaise cardiaque

Le coach du Dinamo Bucarest s'est effondré dimanche. L'homme est pour l'instant hors de danger, mais la partie n'a pas été interrompue pour autant.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Eugen Neagoe a été victime d'un malaise cardiaque, dimanche en plein match de son équipe du Dinamo Bucarest (1re division roumaine). Sans doute à cause d'un excès de stress dont peuvent parfois être victimes les entraîneurs. Lors d'une rencontre face à U Craiova comptant pour la 2e journée du championnat, le tacticien de 51 ans s'est soudain effondré à la 25e minute.

Malgré la panique du staff du club, les premiers secours appliqués et l'arrivée d'une ambulance ont permis de réanimer le coach Neagoe après une quinzaine de minutes. Emmené à l'hôpital, l'infortuné aurait ouvert les yeux dans le véhicule, selon des sources locales, qui évoquent un infarctus ventriculaire mineur, pour décrire l'origine du mal dont a été victime l'entraîneur. Une situation nécessitant la pose d'un stent à l'artère fémorale. «Nous étions proches d'une tragédie, a réagi le président du Dinamo Florin Prunea. J'ai vu le défibrillateur envoyer une décharge, cela a sauvé sa vie», a-t-il dit de l'homme qui se trouverait en état de communiquer avec ses proches.

Au moment du drame, la plupart des joueurs et des spectateurs étaient en état de choc. Certains même en larmes. Et ce malgré le fait qu'une partie du public réclamait le départ d'Eugen Neagoe, mécontent de la lourde défaite (5-0) subie en ouverture de saison. «Il n'avait pas mangé depuis deux jours et buvait des dizaines de cafés, a confié un proche, interrogé par «Digi Sport». Les supporters ont réclamé sa démission dès les premières minutes, cela l'a beaucoup touché».

Tout cela n'a pas empêché le match de se poursuivre jusqu'au bout. Les visiteurs de Craiova se sont imposés 0-2. Mais la déception de la défaite était cette fois sans doute un brin dérisoire à côté de la frayeur vécue par tous les témoins.

(L'essentiel/Sport-Center)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.