Football en Angleterre

21 août 2018 10:35; Act: 21.08.2018 11:20 Print

Le premier match arbitré par une transgenre

Une transgenre de 46 ans a arbitré son tout premier match de football depuis son récent changement de sexe.

storybild

Nick devenu Lucy Clark a arbitré son premier match en tant que transgenre en Angleterre, dimanche.

Sur ce sujet
Une faute?

Une transgenre de 46 ans originaire du sud de Londres a arbitré son premier match de football depuis qu'elle a décidé de changer de sexe, a révélé dans ses pages le quotidien britannique «Sunday Mirror». Celle qui s'appelait auparavant Nick est aujourd'hui devenue Lucy Clark en espérant que «le monde allait désormais l'accepter telle qu'elle était».

Toujours mariée à son épouse et avec trois enfants, elle officie en tant que chauffeur de taxi et elle a reçu le soutien de la fédération anglaise. «Le football a sauvé ma vie au moment où je ne savais plus vraiment qui j'étais au point d'avoir des idées suicidaires», a affirmé Lucy, qui peut également compter sur le soutien de sa femme le long du terrain. «Après une nuit bien arrosé en 2000, j'ai révélé à mon épouse que j'étais une femme dans un corps d'homme et elle a malgré tout continué à croire en notre couple. Elle me donne des conseils de maquillage et on fait même du shopping ensemble».

Quant au comportement des joueurs sur le terrain, Lucy n'en fait pas une formalité. «C'est toujours possible de gérer les 22 acteurs, car je peux les maîtriser avec des cartons jaunes ou rouges», reconnaît l'arbitre. «Ce que j'appréhende le plus, c'est la réaction du public. Je me suis préparée mentalement à recevoir des remarques déplacées, mais je ne veux pas perdre le contrôle de mon match».

(fl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • mosellan le 21.08.2018 12:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il manque au sondage le choix : je suis complètement contre" pourquoi ne pas mettre cette option

  • Lénine Staline Poutine le 21.08.2018 11:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normalement en Russie c'est interdit !!!

  • Hurra le 21.08.2018 11:46 Report dénoncer ce commentaire

    Je n'ai rien contre des arbitres transgenres mais un arbitre avec 46 ans c'est trop vieux!

Les derniers commentaires

  • mal à la tête le 22.08.2018 12:46 Report dénoncer ce commentaire

    Attendez que je réfléchisse parce que là c'est fort. le monsieur-dame dit se sentir femme au point de devenir physiquement femme. Mais il se marie à... une femme? Donc c'est un transgenre lesbienne si j'ai bien suivi. Mais comme c'est pas assez compliqué, il a 3 enfants qu'il a conçu comme étant un homme. Donc il est quoi au final?Transgenre lesbienne mais seulement quand ça arrange? Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué et se rendre intéressant. Sinon, sacré résultat la transformation, xD.

  • Eattherich le 22.08.2018 10:34 Report dénoncer ce commentaire

    Quand je lis certains commentaires, j'ai l'impression que beaucoup vivent encore au moyen âge....

  • LeMonde le 22.08.2018 01:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @let. C'EST NORMAL!!!! Informez vous. Allez sur Google, Wikipedia, lisez un livre. Il est inacceptable que l'on "refuse" de s'informer. En 2018 absolument tout le monde devrait savoir ce genre de choses.

  • @let le 22.08.2018 01:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Votre manque d'information est flagrant. La raison pour laquelle on explique ces sujets dans les écoles est pour que les enfants soient beaucoup mieux informés que vous et n'aient pas de préjugés aussi faux que les vôtres. Ces gens sont 'nés' dans le mauvais corps. On ne peut pas changer celà! Ils existent dans la réalité, Monsieur. C'est pour ça que l'on en parle. Demandez donc des informations auprès de vos enfants, si on leur parle des transgenres à l'école ou informez vous, s.v.p. La désinformation peut nuire aux gens. Ps:Et si celà vous rassure, si vos enfants sont nés dans le 'bon' corps, ils ne seront 'jamais' transgenres.

  • Mérédithe le 21.08.2018 22:41 Report dénoncer ce commentaire

    On se fiche du sexe de l'arbitre il suffit que chaque match ait l'arbitre qu'il mérite!