Football

11 avril 2018 16:38; Act: 11.04.2018 16:58 Print

Le président de la Roma plonge et paie une amende

Le président américain de l'AS Rome, qui a éliminé Barcelone ce mardi soir de la Ligue des Champions, a fâché les autorités de la ville en se baignant dans la Fontaine des Lions.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président américain de l'AS Rome, James Pallotta, va payer une amende pour s'être jeté dans une fontaine historique après la qualification de son équipe pour les demi-finales de la Ligue des Champions aux dépens de Barcelone. C'est ce que rapportent les médias italiens.

Les images relayées sur les réseaux sociaux montrent l'Américain, poussé par les supporters mardi soir, faire une belle galipette arrière, tout habillé dans la Fontaine des Lions, au centre de la célèbre Piazza del Popolo. L'ambiance est bon enfant mais le geste est strictement interdit à Rome, où les amendes relevées à 450 euros en 2017 pleuvent régulièrement sur les touristes qui cherchent à se rafraîchir... ou à rejouer la scène de «La Dolce Vita».

Excuse à la maire de Rome

Mercredi matin, M. Pallotta a appelé la maire de Rome, Virginia Raggi, pour présenter ses excuses et assurer qu'il paierait lui aussi l'amende, rapporte la presse italienne. Dans la matinée, l'association de consommateurs Codacons a dénoncé dans un communiqué la désinvolture du président du club, évoquant «un très mauvais exemple pour les millions de jeunes qui suivent le football et la Roma et qui devraient être éduqués au respect du patrimoine public et des biens historiques».

La Ville éternelle redoute en effet les foules de supporters pas toujours sobres qui viennent fêter ou préparer les matches dans le centre historique, qu'il s'agisse des fans de ses deux équipes - la Lazio et la Roma - ou de visiteurs. Ainsi, en 2015, 500 supporters néerlandais de Feyenoord, passablement éméchés après un match d'Europa League, avaient endommagé et rempli de bouteilles et de canettes la Barcaccia, une fontaine du XVIIe sur la Piazza di Spagna, non loin de la Piazza del Popolo.

(L'essentiel/afp)