Metz-Lyon en 2016

11 septembre 2018 10:55; Act: 11.09.2018 11:38 Print

Les lanceurs de pétards devant le tribunal

Deux lanceurs de pétards qui avaient provoqué l'arrêt du match Metz-Lyon, en décembre 2016, comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Metz le mardi 25 septembre.

Voir le diaporama en grand »

La rencontre de Ligue 1 Metz-Lyon avait été interrompue puis arrêtée le 3 décembre 2016.

Sur ce sujet
Une faute?

Le samedi 3 décembre 2016, le match Metz-Lyon de Ligue 1 avait été interrompu puis annulé, à Saint-Symphorien, après des jets de pétards tout près du gardien lyonnais, Anthony Lopes. Le portier lyonnais avait été brièvement hospitalisé, se plaignant d'acouphènes. La rencontre avait été rejouée à huis clos, au mois d'avril 2017, et perdue par les Messins (0-3).

Un peu moins de deux ans après l'affaire qui avait fait grand bruit, deux lanceurs de pétards, âgés de 23 et 24 ans - identifiés grâce aux caméras de vidéosurveillance - comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Metz, le mardi 25 septembre, indique le Républicain Lorrain. Partie civile dans ce dossier, le FC Metz réclamerait plus d'un million d'euros de dédommagement, croit savoir le quotidien lorrain.

Me Luciani, avocat d'un des deux prévenus, a tenu à dédramatiser l'affaire. L'homme de loi a qualifié le geste de son client de «grosse bêtise»...

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • cocou le 11.09.2018 14:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qu'on les laisse tranquille et qu'on juge plutôt le simulateur de Lopes

  • L'amende le 11.09.2018 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont meme pas 100 balles en poche. 1.000.000 ca passe sous la responsabilite civile? :p

Les derniers commentaires

  • cocou le 11.09.2018 14:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qu'on les laisse tranquille et qu'on juge plutôt le simulateur de Lopes

    • LordFR le 11.09.2018 15:28 Report dénoncer ce commentaire

      Ne pas punir = cautionner. Ces deux idiots ont fait louper un match à presque 20 000 personnes. A un moment dans la vie faut assumer ces erreurs et payer le prix. Si on déresponsaibilise à tout bout de champ on va ou ?

  • L'amende le 11.09.2018 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont meme pas 100 balles en poche. 1.000.000 ca passe sous la responsabilite civile? :p

    • aed tice le 11.09.2018 13:57 Report dénoncer ce commentaire

      perso venir regarder le match un week end metz lion c'est pas la mémé chose que Metz rennes donc perso pour tous les personnes qui avais payes pour voir ce math et qui au final ne la pas vu effectivement je trouve justifie car démolir la soire des 10 000 spectateurs dans le stade moi sa énerve surtout que le soir la Metz mené

    • LordFR le 11.09.2018 15:28 Report dénoncer ce commentaire

      Et oui.. on menait au score !! Ca leur apprendra à faire le bordel plutôt que de simplement profiter d'un bel évenement sportif ! Ces genres de comportements n'ont rien a faire dans un stade de foot ! Ne pas punir = cautionner.