Football - Ligue 1

15 mars 2018 10:52; Act: 15.03.2018 22:31 Print

Lille: dix gardes à vue et huis clos pour le club

Le club de Lille va jouer à huis clos dans son stade après les incidents de samedi dernier, pour lesquels dix personnes ont été placés en garde à vue jeudi.

Sur ce sujet
Une faute?

En attendant d'éventuelles sanctions le 5 avril, le club de Lille va jouer à huis clos dans son stade après les incidents de samedi dernier: des violences de supporters et un envahissement de pelouse qui ont conduit au placement de dix personnes en garde à vue jeudi. Les instances disciplinaires de la Ligue de football professionnel (LFP) ont en effet ouvert une instruction, avec une décision prévue pour le 5 avril. D'ici là, la commission de discipline a prononcé un «huis clos total du stade Pierre-Mauroy à titre conservatoire» en raison de la gravité des faits. Le Losc, qui se déplace à Monaco vendredi, accueillera donc Amiens sans supporter le 1er avril lors de la 31e journée de Ligue 1.

Au coup de sifflet final de Lille-Montpellier (1-1) samedi dernier lors de la 29e journée de L1, des supporters du Losc avaient pénétré sur la pelouse pour molester des joueurs lillois en criant «si on descend (en L2), on vous descend.» Dès le dimanche matin, le parquet avait ouvert une enquête de flagrance confiée à la sûreté urbaine de Lille, et le Losc déposé plainte pour violences aggravées, dégradations de biens et menaces de mort.

Le club échappe à une sanction plus lourde

Dix personnes ont été placées en garde à vue jeudi: neuf hommes et une femme âgés de 20 à 38 ans. La quasi totalité des 10 interpellés sont membres du groupe de supporters Dogues virages est (DVE), selon une source policière. Deux d'entre eux avaient fait l'objet par le passé d'une interdiction de stade pour violences. «On a pris les plus virulents, qu'on a pu identifier grâce au Losc, qui connaît ses supporters», a-t-on précisé à la sûreté urbaine de Lille, chargée de l'enquête et qui a exploité les images vidéos. Neuf interpellations ont eu lieu à 6h par la sûreté urbaine de Lille puis une dixième dans l'après-midi. Tous étaient toujours entendus jeudi soir. Ils doivent être déferrés vendredi matin en vue d'une convocation sur procès-verbal devant le tribunal correctionnel à une date ultérieure, selon le parquet.

Pour en revenir au club de Lille, avec son huis clos total à titre conservatoire, le club échappe jusqu'ici à une mesure plus lourde comme la suspension de son stade et des matches délocalisés.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bon sens le 15.03.2018 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle affaire pathétique! Qu’ils les gardent plus qu’à vue

Les derniers commentaires

  • Bon sens le 15.03.2018 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle affaire pathétique! Qu’ils les gardent plus qu’à vue