Ligue des champions

24 novembre 2020 11:02; Act: 24.11.2020 11:51 Print

Moukoko, la nouvelle pépite du foot mondial

Trois jours après être devenu le plus jeune joueur de l’histoire de la Bundesliga, à 16 ans et 1 jour, il devrait faire ses débuts européens ce mardi soir avec Dortmund (21h).

storybild

À 16 ans et un jour, Youssoufa Moukoko a disputé ses premières minutes en Bundesliga, samedi à Berlin. (photo: KEYSTONE)

Sur ce sujet
Une faute?

Samedi dernier, en huit petites minutes seulement - temps supplémentaire compris - Youssoufa Moukoko avait déjà réussi deux immenses exploits. En entrant à la 85e minute du match entre Hertha Berlin et Borussia Dortmund, l’attaquant, âgé de 16 ans et un jour, battait d’abord le record de précocité de la Bundesliga établi par Nuri Sahin en 2005. Lui aussi sous le maillot jaune et noir.

Le second exploit est d’avoir réussi à faire passer au second plan l’extraordinaire quadruplé de son coéquipier Erling Haaland. Le phénomène norvégien de 20 ans seulement ne lui en a pas tenu rigueur. Au contraire: «Youssoufa est bien meilleur que moi à son âge, a-t-il admis avec l’humilité des grands. Je n'ai jamais vu un garçon aussi bon à 16 ans».

Un jugement dithyrambique que partagent de très nombreux observateurs. À commencer par Samuel Eto'o: «Pour moi, il sera la prochaine star après Messi». Et Lucien Favre, son entraîneur depuis quelques mois: «Il est très bon, il a un grand potentiel. Vous ne savez pas s'il est gaucher, droitier... Il est mortel devant le but», souligne le technicien, pourtant connu pour la modération de ses propos.

«C'est incroyable qu'un garçon de son âge, qui joue contre des adversaires de deux à trois ans plus âgés, puisse marquer autant de buts», ajoute Joachim Löw, le sélectionneur allemand, impressionné par les récentes statistiques de l’adolescent avec les M19 du Borussia (13 buts en 4 matches seulement).

À ce stade, personne ne peut dire avec certitude que la carrière de Moukoko sera, un jour, comparable à celles des plus grands attaquants de l’histoire. Les exemples de ces jeunes qui ont battu des records de précocité pour ensuite rapidement retomber dans l’anonymat sont trop nombreux pour ne pas faire preuve de prudence.

La «loi Moukoko»

Être en avance sur son temps est, depuis longtemps, une habitude pour Youssoufa Moukoko. À l'âge de 12 ans, il jouait déjà avec les M17 du Borussia, puis avec les M19 à 14 ans. Ses 127 buts, en 84 matches disputés avec les équipes de jeunes du BVB, lui ont servi de passeport pour être incorporé à l'équipe première en janvier déjà.

Et s’il n’a pu faire ses grands débuts en Bundesliga que samedi, ce n’est pas parce que Lucien Favre ne l’estimait pas encore prêt à faire le grand saut. Mais tout simplement parce qu’en Allemagne, un joueur n’est tout simplement pas autorisé à évoluer en Bundesliga avant ses 16 ans révolus. Grâce à la pression exercée par le Borussia, qui est récemment parvenu à abaisser cette exigence de six mois. Un changement que certains ont appelé la «loi Moukoko».

«Nous n'essayons pas de battre des records, mais ne pas nous permettre d'utiliser des jeunes au talent exceptionnel est un inconvénient par rapport aux autres ligues», déclarait le coordinateur des jeunes du BVB, Lars Ricken, à Kicker. «C'est un talent exceptionnel et nous voulons qu'il apprenne à s'entraîner et à jouer avec des adultes», complétait le directeur sportif, Michael Zorc.

Justement préservé par son club, Youssoufa Moukoko n’est que très rarement autorisé à se livrer à la presse. «Je sais qu'à un moment donné mes débuts viendront, disait-il, lors de l’une de ses rares prises de parole, au quotidien anglais The Sun, il y a quelques semaines. Je ne lis pas ce qu'on dit de moi. Je ne veux pas me mettre la pression. J'ai seulement l'intention de suivre mon chemin». Sous contrat jusqu'en 2022, le salaire actuel de l’attaquant s'élèverait déjà à quelque 6 700 euros par semaine, environ 350 000 euros par an. Il a, de plus, signé un contrat de 10 millions avec Nike.

«Personne ne se démarque de cette façon»

«Jusqu'ici, le soleil brille pour lui, mais les jours de pluie viendront et il sera alors important qu'il soit bien accompagné», avertit Nuri Sahin dans Kicker. Du souci pour lui, la plupart de ses anciens coéquipiers ne s’en font pourtant pas trop. Actuellement prêté à Huesca par Dortmund, Sergio Gómez a pu côtoyer de longs mois Moukoko. «Lors de ma première année chez les moins de 19 ans, Youssoufa avait 14 ans et il jouait déjà avec les M17, se souvient l’international M21 espagnol dans Marca. C’est un joueur qui fait la différence. À chaque match, il veut marquer des buts. Il y a beaucoup de jeunes prometteurs, mais à cet âge je pense que personne ne se démarque de cette façon. Il a beaucoup de qualités: il est rapide, complet et attaque bien les espaces».

Du haut de ses 179 centimètres, Moukoko n’est pas un «monstre» physique, comme Haaland, mais, dans un registre différent, il pourrait très vite devenir un excellent complément au Norvégien. À temps partiel d’abord, puis plus régulièrement si le BVB parvient à conserver une saison de plus celui qui bat lui aussi tous les records depuis son arrivée à Dortmund, en janvier, grâce à une moyenne supérieure à un but par match - 37 en 35 présences, toutes compétitions confondues, cette année.

Et si Moukoko supporte aussi bien la pression que Haaland, ceux qui imaginent voir en lui le Leo Messi de ces deux prochaines décennies pourraient bien avoir raison. Dans cette optique, l’habitude qu’a le Borussia Dortmund de gérer ce genre de situation est certainement un atout de plus pour le futur international allemand.

«À Dortmund, on a toujours parié sur les jeunes, assure un psychologue allemand du sport. D'abord, on leur donne des minutes de jeu, et avec Moukoko ce sera pareil. C'est un joueur que tout le monde veut déjà, mais les supporters espèrent que, contrairement à Lewandowski, Aubameyang ou Pulisic, il restera de nombreuses années au club».

Le record de Babayaro battu?

Si, ce mardi soir, Moukoko fait ses débuts en Ligue des champions, contre le FC Bruges (21h), il deviendra aussi le plus jeune joueur à débuter sur la scène européenne. Un record que détient pour l’instant toujours le Nigérian Celestine Babayaro (16 ans et 87 jours). Le 23 novembre 1994, le défenseur d’Anderlecht faisait en effet sa première apparition en Ligue des champions contre le Steaua Bucarest. Pour peu de temps puisqu’il était expulsé après 37 minutes de jeu seulement.

L'ère Moukoko a commencé mais, à Dortmund, on reste convaincu que ce phénomène doit continuer de combiner études et football. Pour son bien et celui du Borussia.

(L'essentiel/André Boschetti)