Football – Ethiopie

05 mai 2018 10:47; Act: 06.05.2018 21:54 Print

Un arbitre frappé au sol pour avoir validé un but

Le championnat éthiopien a été suspendu après l'agression d'un coach sur un officiel qui avait accordé un but controversé, mardi.

Sur ce sujet
Une faute?

La rencontre opposant Defence Force SC, l'équipe de l'armée éthiopienne, à ses rivaux du Welwalo Adigrat University FC a donné lieu à des scènes choquantes, mardi dernier. L'arbitre de la rencontre a décidé d'accorder un but controversé au DFSC, alors que le score était de 1-1. Le ballon ayant été dévié sur sa ligne, le gardien de Welwalo a eu un bon réflexe en se retournant immédiatement pour l'attraper. L'homme au sifflet a toutefois estimé que le ballon avait eu le temps de franchir la ligne de but et a validé cette réussite.

La décision a déclenché un torrent de violence de la part de Welwalo, dont les joueurs ont commencé à poursuivre l'arbitre pour lui faire vigoureusement comprendre qu'ils n'étaient pas d'accord. Un membre du staff d'entraîneurs de l'équipe visiteuse a également accouru. Craignant pour son intégrité, l'arbitre a empoigné un poteau de corner pour tenter d'éloigner ses assaillants avec. En vain, puisque le coach furieux a pu le projeter à terre avant de lui asséner un violent coup de poing à la tête. En Afrique du Sud déjà

Selon plusieurs médias ayant rapporté l'incident, l'arbitre a heureusement évité de subir de sérieuses blessures et a pu fuir le stade. Le coach agresseur aurait pour sa part été licencié séance tenante par le club universitaire. En attendant que l'affaire soit éclaircie, la Fédération éthiopienne de football a décidé de provisoirement suspendre le championnat.

Le mois dernier, en Afrique du Sud, un débordement de fans d'une rare violence s'était également déroulé sur un terrain après l'élimination en demi-finales de Coupe de l'équipe des Kaizer Chiefs. Furieux, les supporters avaient envahi la pelouse en fin de rencontre, cassant du matériel et infligeant de graves blessures à un agent de sécurité.

(L'essentiel/duf)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.