Foot/Marseille

31 janvier 2021 10:46; Act: 01.02.2021 11:07 Print

Un «déchaînement de violence injustifiable»

Le monde du football réagit vivement à l'assaut des «supporters» marseillais, samedi, au centre d'entraînement de l'OM. «Un drame aurait pu se produire».

Sur ce sujet
Une faute?

Dix-huit personnes étaient toujours en garde à vue dimanche matin après les violents incidents qui ont eu lieu samedi au centre d'entraînement de l'OM, pris d'assaut par quelque 300 supporters, a-t-on appris auprès du parquet. Les gardés à vue sont «tous majeurs», a ajouté la procureure de Marseille Dominique Laurens dans un communiqué. «Les investigations vont se poursuivre toute la journée et nous ferons un point demain matin sur les premières orientations», a-t-elle ajouté.

La police avait interpellé 25 personnes dans la soirée parmi les supporters. Sept policiers ont été légèrement blessés, et trois véhicules des forces de l'ordre ont été dégradés dans ces incidents qui ont entraîné le report du match OM-Rennes initialement prévu samedi à 21h.

«Un drame aurait pu se produire»

Dans un communiqué publié samedi soir, l'OM a dénoncé un «déchaînement de violence injustifiable». Le club compte déposer plainte après la dégradation de son centre d'entraînement notamment, où «des vols ont été perpétrés et des véhicules ont été endommagés». Cinq arbres ont aussi été brûlés. Selon l'OM, les dégradations dans les bâtiments s'élèvent à «plusieurs centaines de milliers d'euros».

«C'est la sidération pour nous tous, salariés, staff, joueurs. On ne s'attendait pas à voir toute cette horde sauvage arriver et tout détruire. Je crois qu'on a aussi évité le pire. Ce que j'ai vu fait peur, très peur. Un drame aurait pu se produire», a déclaré dans la soirée le président du club marseillais Jacques-Henri Eyraud, interrogé sur Canal+.

Le président de l'OM est la principale cible de la colère des supporters, qui monte depuis des semaines et qui s'était déjà manifestée dans la matinée avec un déploiement massif de banderoles contestataires partout en ville.

(L'essentiel/afp)