Mondial 2018

18 juillet 2018 19:47; Act: 19.07.2018 09:54 Print

Vague de propos racistes après la victoire des Bleus

Les origines des Français champions du monde de football ont fait parler à l'étranger, en bien parfois, en mal trop souvent...

storybild

L'équipe de France est composée de nombreux joueurs issus de l'immigration. (photo: AFP/Franck Fife)

Sur ce sujet

La victoire dl'équipe de France entraîne un déferlement de propos racistes à l'étranger. Une ONG antiracisme polonaise a ainsi indiqué mercredi avoir adressé plusieurs plaintes au parquet contre des personnes tenant des propos racistes et haineux sur les réseaux sociaux .

«Les commentaires insultent les joueurs français en raison de la couleur de leur peau (...) et utilisent des épithètes racistes extrémistes considérés comme criminels en Pologne», a déclaré à l'AFP, Konrad Dulkowski, directeur du Centre de surveillance du comportement raciste et xénophobe de Varsovie.

Malaise également du côté des adversaires des Bleus. L'ancien joueur et sélectionneur de la Croatie, Igor Stimac, s'est faussement interrogé sur Facebook: «Quelqu'un sait contre qui exactement on joue la finale?». «Nous affrontons la République de France et le continent africain», a-t-il renchéri dans une interview à l'agence de presse turque Anadolu. «Donc ce sont les 11 meilleurs, les plus talentueux, parmi un milliard de personnes, et de l'autre côté, nous sommes quatre millions» (NDLR: le nombre d'habitants en Croatie).

La réponse de Benjamin Mendy

Au lendemain de la finale, le quotidien italien Corriere della Sera a évoqué «la France pleine de champions africains mêlés à de très bons joueurs blancs, et une équipe de blancs seulement (la Croatie) au carrefour de trois grandes écoles de football, l'allemande, la slave et l'italienne». Un raccourci revenu en boucle sur les réseaux sociaux, dans un pays où la rivalité sportive avec la France est ancrée.

Autant de commentaires racistes qui ont amené un des champions du monde à réagir. Benjamin Mendy a balayé cette obsession des origines. En réponse à un tweet associant aux joueurs de l'équipe de France les drapeaux de leurs supposés pays d'origine, il a repris la même liste et accolé la seule bannière bleu-blanc-rouge à chaque nom, avec ce commentaire en anglais: «fixed» («corrigé»).

Son compatriote, le basketteur Nicolas Batum, y est également allé de son commentaire sur le réseau social: «Oui j'ai un père et un nom camerounais, mais nous tous on se bat et on joue pour la France car nous sommes nés ici, avons grandi ici, avons appris notre sport en France, avons la fierté d'avoir la nationalité Française. On gagne pour la France, pour les jeunes Français qui nous regardent et aspirent à faire de même et porter haut les couleurs de la France. Soyons fiers de ça. Vive la république et vive la France!».

(L'essentiel/afp)