Football au Luxembourg

21 octobre 2017 12:03; Act: 21.10.2017 12:06 Print

La FLF indulgente avec les réseaux sociaux

LUXEMBOURG - Alors qu'un éducateur lorrain a été sanctionné pour avoir injurié le district mosellan sur Facebook, la FLF se veut clémente avec les réseaux sociaux.

storybild

Sébastien Guyot, 27 ans, a écopé de 12 matches de suspension pour avoir injurié le district mosellan de football sur Facebook. (photo: Facebook)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L’affaire a fait grand bruit dans les médias français. Sébastien Guyot, 27 ans, entraîneur des U17 de Plantières (NDLR: club de la banlieue messine) a été suspendu 12 matches pour avoir publié sur Facebook des commentaires peu élogieux sur le district mosellan de football.

Parce que son équipe a été privée de montée à la suite d’une décision de l’instance départementale, l’éducateur est sorti de ses gonds et s’est répandu sur les réseaux sociaux. Sébastien Guyot a parlé d’une institution «pourrie de l’intérieur», avant de conclure «tous corrompus les vieux du district».

«C’est difficile d’avoir connaissance de ce type d’affaires»

Depuis, l’éducateur a écrit une lettre d’excuses et demandé un réaménagement de sa peine, en vain. Le district mosellan de football a confirmé sa sanction, en précisant qu’il appliquait à la lettre son règlement concernant les actes répréhensibles sur les réseaux sociaux.

Au Grand-Duché, la Fédération luxembourgeoise de football (FLF) semble plus indulgente avec les commentaires publiés sur Facebook et autre Twitter. «C’est difficile d’avoir connaissance de ce type d’affaires», indique Luis Da Costa, secrétaire du tribunal fédéral, contacté par L’essentiel. «Notre politique, c’est de régler les dérapages en interne avant qu’ils ne prennent de l’ampleur».

«Notre règlement intègre des sanctions en cas d’injures ou de calomnies, sans mentionner spécifiquement les réseaux sociaux», observe Marc Diederich, juriste à la FLF, également joint par L’essentiel. «Mais à l’avenir, nous pourrions être amenés à modifier nos statuts si ce type de comportements venait à se multiplier sur Internet».

(pp/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.