Cyclisme

31 juillet 2012 08:36; Act: 31.07.2012 11:44 Print

Enovos lâche RadioShack-​​Nissan-​​Trek

LUXEMBOURG - Mardi, le groupe fournisseur d'électricité a annoncé dans un communiqué que son partenariat avec l'équipe des frères Schleck prendra fin le 1er août.

storybild

Cette fin de partenariat intervient quinze jours après la fin du tour de France dans lequel Frank Schleck a été contrôlé positif. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe énergétique Enovos a annoncé mardi qu'il rompait son contrat de sponsoring avec l'équipe cycliste luxembourgeoise RadioShack en raison de la mauvaise image générée par le contrôle antidopage positif de Frank Schleck au Tour de France 2012.

«L’image que donne l’équipe RadioShack-Nissan-Trek cette année n’est nullement en ligne avec l'image que souhaite communiquer Enovos», souligne un communiqué du groupe d’énergie précisant que la rupture de contrat sera effective le 1er août. «Trop de points négatifs ont fait la une depuis le début de l’année», ajoute Enovos, précisant que le «retrait de Frank Schleck du Tour de France 2012, suite à un résultat anormal lors d’un contrôle antidopage, a amené Enovos à reconsidérer son partenariat avec RadioShack-Nissan-Trek».

Plusieurs problèmes

Outre le contrôle positif de Franck Schleck, l’équipe cycliste a souffert d’une affaire politico-financière autour de son propriétaire, le promoteur immobilier Flavio Becca. Plusieurs ministres et anciens ministres du gouvernement de Jean-Claude Juncker ont été au cœur d’une enquête préliminaire ouverte en juillet par le Parquet de Luxembourg pour extorsion, accusés d’avoir privilégié un projet de construction de centre commercial de Wickrange et de stade de football de Livange développé par Flavio Becca.

L'enquête préliminaire a été clôturée par la justice, faute d’éléments de preuve suffisants, notamment contre les responsables politiques. Par ailleurs, plusieurs coureurs de RadioShack ont informé en juillet dernier l'Union cycliste internationale du non-paiement de leur salaire depuis plusieurs mois, mettant en évidence des difficultés financières de l'équipe.

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Pierre le 01.08.2012 09:53 Report dénoncer ce commentaire

    Astana-Trek, ça c'est nom qui sonne bien!

  • Katuschka le 31.07.2012 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    OK pour sponsoriser mais je veux voir des résultats, en cas de problèmes vous savez quoi prendre je suppose. Mais attention: si vous êtes dopés découverts je vous lâche.

  • pascal le 31.07.2012 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin voila une trés bonne décision, avec cette argent économisée il pourronts inverstir ailleur

Les derniers commentaires

  • Bienchen le 01.08.2012 15:14 Report dénoncer ce commentaire

    c'est du n'importe quoi de ENOVOS !! ils disent que c'est une mauvaise image ? pour qui ? à delà ne plus être Sponsor , égal Wat !!!!! Les Schleck n'ont pas besoin d'eux .....

  • Aris le 01.08.2012 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    Enovos ne peut pas abondonner cette équipe sauf s'il s'agit de sponsoriser une autre. Grave erreur d'Enovos? Mais bon sang Enovos vend de l'électricité et où prend on l'électricité? En faisant pédaler une équipe de cyclistes!!

  • Pierre le 01.08.2012 09:53 Report dénoncer ce commentaire

    Astana-Trek, ça c'est nom qui sonne bien!

  • Fair-play le 01.08.2012 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    N'est-elle pas ici! L'Etat étant actionnaire d'Enovos avec la SNCI, qui appartient à l'Etat, c'est indirectement que Juncker a fourni des fonds aux projets de Becca, et cela pour quel retour? La publicité? Ridicule! Et pourquoi le retrait après les actions en justice dans l'affaire Livange. Et le projet Livange étant mort, à quoi bon continuer de subventionner son promoteur? Confusions d'intérêts!? L'Etat doit réguler le secteur privé, et ne pas déréguler la concurrence.

    • Athos le 01.08.2012 10:25 Report dénoncer ce commentaire

      Voilà une analyse complète en quelques mots.

  • J.C. Strunz le 31.07.2012 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    j'espère que ma facture d'électricité va être moins chère, ça coûte des millions être sponsor d'une équipe pareille!