Basket luxembourgeois

20 mars 2017 09:00; Act: 20.03.2017 12:25 Print

«Dans les têtes, nous étions bien là»

Etzella s'est largement imposé samedi face au T71 lors d'un duel qui pourrait peser lourd en vue des demi-finales.

storybild

Jairo Delgado et Etzella ont terrassé le T71 de Tim Schmit, privé de Denell Stephens et Chris Jones. (photo: Julien Garroy)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Etzella n'a pas été trop perturbé par l'annonce jeudi du départ de son coach, Jan Enjebo, en fin de saison. «Dans les têtes, nous étions bien là et nous avons joué notre jeu», soulignait Philippe Gutenkauf, qui avec ses 25 points a contribué au succès ettelbruckois samedi face au T71 (66-91).

Opposés à un concurrent direct dans la course aux demi-finales, les Nordistes n'ont pas raté l'occasion de chiper aux Dudelangeois la précieuse quatrième place à quatre journées de la fin. Ils reviennent aussi à hauteur de Contern, troisième, battu par le leader l'Amicale (95-74), qui a annoncé la prolongation de son coach, Ken Diederich, et des Américains McDaniel et Coleman la saison prochaine.

«Nous avons fait la différence en défendant bien et en réussissant nos tirs à trois points», insistait Gutenkauf. Un exercice dans lequel l'Américain Derrick Barden a signé un six sur dix. Après avoir vite pris la tête au score, les coéquipiers de Jairo Delgado ont tué le match en infligeant un terrible (6-24) dans le deuxième quart-temps à des Dudelangeois privés de Denell Stephens et Chris Jones, blessés. Victime d'une déchirure aux adducteurs, ce dernier devrait être indisponible au moins jusqu'à la fin des play-offs.

Les Nordistes qui menaient (26-57) à la pause ont su gérer leur avance. Conscient d'avoir joué le T71 au bon moment, Etzella devra confirmer samedi face aux Pikes.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).