Sports de combat

30 novembre 2016 09:00; Act: 30.11.2016 13:46 Print

Le MMA navigue en eaux troubles au Luxembourg

Pas reconnu comme un sport officiellement, le MMA, souvent jugé violent, est pourtant pratiqué au Grand-Duché et ne demande qu'à se structurer.

storybild

Au Grand-Duché, le MMA ou ses ancêtres sont pratiqués depuis les années 90. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Phénomène mondial, le MMA (Arts martiaux mixtes) remplit les salles, fait le plein de téléspectateurs et engendre des recettes records à travers le monde. Pourtant, la discipline pâtit toujours d'une image violente et reste interdite dans des pays comme la France. Au Luxembourg, elle n'est pas reconnue par le ministère des Sports, le comité olympique et sportif (COSL) et la Fédération des arts martiaux (FLAM).

«Il n'y a pas ici de loi spécifique, mais nous nous sommes ralliés à la ligne française, très stricte. Cette discipline peut être dangereuse avec des K.-O. terribles et dans certains pays des combattants très jeunes. Je suis sûr qu'il y a des personnes sérieuses en MMA, mais il y a trop de risques que d'autres privilégient l'intérêt financier. Nous ne pouvons pas engager notre responsabilité», note Fred Bertinelli, président de la FLAM.

Il prend de l'ampleur

Pourtant, au Grand-Duché, le MMA ou ses ancêtres sont pratiqués depuis les années 90. Et régulièrement, des galas lui font une place, comme récemment à Mondorf. Figurant parmi les pionniers du MMA au pays, Bartolomé Aguilera avait été le premier à l'intégrer à un gala il y a huit ans. Il regrette le flou actuel. «Des gens formés entraînent. Les règles ont changé. Cela n'a plus rien à voir avec du free fight. C'est le sport du siècle».

Quelques clubs le pratiquent et une ASBL baptisée Fédération luxembourgeoise de MMA est née. «Ce sport a besoin de structures, admet Miki Vujovic, l'un de ses fondateurs, qui en fait un moyen de socialisation. Il y a quinze ans, le Muay Thaï non plus n'était pas reconnu. Il faut du temps. Le MMA prend une telle ampleur qu'il ne pourra pas toujours être ignoré».

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Karate Kids le 30.11.2016 13:19 Report dénoncer ce commentaire

    Bah! Avis qui n'engage que moi et suivant mon expérience personnelle, mais tant que se taper dessus sera repris comme un sport en temps de "paix" et une valeur sûre en temps de guerre, peu importe les règles et la technique, notre société violente n'évoluera pas! Quand j'etais gosse on m'avait mis au cours de karaté car soit-disant bon pour ma nervosité et mon self-control...j'ai 100x préféré le tennis et la natation qui m'ont apporté les mêmes bienfaits mais avec une meilleure ambiance (moins d'agressivité compétitive), bref, moins de blessures aussi

Les derniers commentaires

  • Karate Kids le 30.11.2016 13:19 Report dénoncer ce commentaire

    Bah! Avis qui n'engage que moi et suivant mon expérience personnelle, mais tant que se taper dessus sera repris comme un sport en temps de "paix" et une valeur sûre en temps de guerre, peu importe les règles et la technique, notre société violente n'évoluera pas! Quand j'etais gosse on m'avait mis au cours de karaté car soit-disant bon pour ma nervosité et mon self-control...j'ai 100x préféré le tennis et la natation qui m'ont apporté les mêmes bienfaits mais avec une meilleure ambiance (moins d'agressivité compétitive), bref, moins de blessures aussi

    • basta ya le 30.11.2016 13:43 Report dénoncer ce commentaire

      je vous rejoins !

    • @Karaté Kids le 30.11.2016 14:25 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est pas le sport en soi qui est important mais celui qui encadre. Miki et Aguilera sont une référence. Non seulement ils sont très très compétents, mais ils sont très humbles et humains. Si un entraineur tolère les gros mots, oubli qu'il a à faire à des enfants ou des débutants, oubli que ça reste un sport, c'est foutu et personne n'y gagne. Quel que soit le sport.

    • Soyons juste le 30.11.2016 22:46 Report dénoncer ce commentaire

      Salut, se taper dessous c'est vraiment cool,c'est vraiment amusant vous devriez essayer ,bien sur avec une préparation adequate et sous la surveillance d'un professeur digne de ce nom. Nous parlons de sport je comprend pas pourquoi ont parle de paix ou de guerre ca sort complètement du contexte sportif.Ont va pas s'entre tuer .