Rugby au Luxembourg

06 mars 2019 11:53; Act: 06.03.2019 12:10 Print

Bianca Vai, 14 ans, veut plaquer les préjugés

LUXEMBOURG - Bianca Vai, 14 ans, est tombée dans le rugby à 6-7 ans. Et elle veut démolir les préjugés sur son sport au Luxembourg.

storybild

Bianca Vai, 14 ans, fait partie de la Lëtzebuerg Rugby Académie.

Sur ce sujet
Une faute?

«Cela commence vraiment à m'énerver. À chaque fois que je dis que je fais du rugby, on me regarde avec des gros yeux». Bianca Vai n'a que 14 ans, mais elle a un sacré tempérament. «Je ne vois pas pourquoi une fille ne pourrait pas aimer faire un sport de contact. Le rugby n'est pas plus violent que d'autres sports», martèle la joueuse du CSCE Rugby Luxembourg, fille d'une Bretonne et d'un Italien.

Le virus du rugby, c'est son père Angelo qui lui a transmis. Et son premier ballon, elle l'a touché à 6-7 ans avec son frère jumeau Gabriel. Elle s'entraîne toujours avec lui aujourd'hui. Car dans un pays qui ne compte encore que 98 femmes (joueuses et dirigeantes) sur 1 061 licenciés en rugby, c'est parmi les garçons qu'elle a fait ses gammes. «Cela ne m'a jamais paru bizarre. Nous avons appris ensemble à plaquer. Je progresse avec eux», insiste l'élève de l'École européenne, qui s'entraîne trois à quatre fois par semaine.

«Au Luxembourg, il y a peu de gros gabarits, on joue beaucoup sur l'évitement, le jeu au large. Cela n'a rien à voir avec les chocs des pros à la télé». Bianca est même aujourd'hui l'une des deux jeunes joueuses intégrées à la Lëtzebuerg Rugby Académie, le centre de formation de la fédération (FLR). Et en attendant de rejoindre la seule équipe seniors féminine du pays, Walferdange, elle joue avec les filles (U15) de Thionville et en sélection du Grand Est. «J'aime être sur le terrain courir, plaquer. Cela m'aère l'esprit après les cours». Aller au combat, Bianca aime ça et elle n'a vraiment pas l'intention de se justifier.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nita Holmes le 06.03.2019 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg, les Gros gabaris ne sont pas sur les terrains de sport.

  • Doc Agnès P le 06.03.2019 17:10 Report dénoncer ce commentaire

    Tout ça c'est purement psychologique. Les jeunes Luxembourgeoises complexent souvent à tort sur leur physique et se créent une pression totalement artificielle qui les fait flipper à la seule idée de s'exposer en faisant du sport. Il ne se passe pas un jour sans que j'ai une ou deux patientes qui veulent obtenir un certificat médical pour tirer au flanc.

  • Jared le 06.03.2019 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'elle continue surtout à s'entraîner en France si elle veut progresser...conseil d'ami.

Les derniers commentaires

  • Doc Agnès P le 06.03.2019 17:10 Report dénoncer ce commentaire

    Tout ça c'est purement psychologique. Les jeunes Luxembourgeoises complexent souvent à tort sur leur physique et se créent une pression totalement artificielle qui les fait flipper à la seule idée de s'exposer en faisant du sport. Il ne se passe pas un jour sans que j'ai une ou deux patientes qui veulent obtenir un certificat médical pour tirer au flanc.

  • Manuel le 06.03.2019 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    Superbe l'exemple de Bianca! C'est un magnifique sport ou on fait des copains à vie. J'espère que cet article inspiré d'autres filles à l'essayer. Il serait sympa de la part de l'essentiel de publier les crédits photo online et sur papier.

  • Pierre le 06.03.2019 13:58 Report dénoncer ce commentaire

    Entraîneur de foot dans mon club en Belgique , ( jeunes ) , j'ai 2 filles de 14 ans vraiment superbes . Volonté , technique , hargne , même pas peur ! Ma petite-fille de 7 ans prépare sa ceinture orange de Karaté . Il est où le problème ???

    • dulux le 06.03.2019 14:12 Report dénoncer ce commentaire

      je ne sais pas d'ou vous tenez qu'il y a un probleme. L'article parle de prejuge des filles dans le rugby et vous de foot feminin et de karate...

    • Lucia le 06.03.2019 14:29 Report dénoncer ce commentaire

      Moi non plus, je ne vois pas de problème ?

    • Kim le 06.03.2019 17:11 Report dénoncer ce commentaire

      Les filles ont juste des préjugés concernant leur apparence.

  • Nita Holmes le 06.03.2019 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg, les Gros gabaris ne sont pas sur les terrains de sport.

  • Jared le 06.03.2019 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'elle continue surtout à s'entraîner en France si elle veut progresser...conseil d'ami.

    • Julia le 06.03.2019 12:42 Report dénoncer ce commentaire

      Cette jeune fille est une exception, la grande majorité des Luxembourgeoises n'a pas les qualité requises pour la pratique d'un tel sport. Ou de tout autre sport d'ailleurs.

    • Anna Hopfer le 06.03.2019 12:44 Report dénoncer ce commentaire

      Sinon, il y a la Legend League.

    • Francky le 06.03.2019 16:12 Report dénoncer ce commentaire

      @Julia, toute les filles peuvent faire tout les sports, c'est juste une question de volonté et de préjugé. des parents.