Invitée au Luxembourg

18 octobre 2018 10:00; Act: 18.10.2018 10:41 Print

Elle offre un nouveau look aux raquettes de tennis

LUXEMBOURG/CHARLEROI - La Belge Caroline Watteyne, 32 ans, customise les raquettes de joueurs pros et amateurs. Elle a été invitée au tournoi de Luxembourg.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Dans son atelier installé dans la cave de son domicile à Thuin, près de Charleroi, Caroline Watteyne trépigne d'impatience. Invitée par le BGL BNP Paribas Luxembourg Open, elle sera à partir d'aujourd'hui à Kockelscheuer pour y présenter son art: la personnalisation de raquettes. «C'est irréel pour moi. Jamais je n'aurais imaginé cela il y a un an», insiste-t-elle. Et pour cause, cette prof de tennis de 32 ans, qui a fait des études d'art, n'a relooké sa première raquette pour le joueur pro Steve Darcis que l'an passé.

«Son entraîneur, Yannis Demeroutis, est mon patron. Je lui ai dessiné une raquette. Mais je ne pensais en faire qu'une». Depuis, pourtant, elle a travaillé pour les pros Pierre-Hugues Herbert, Bernard Tomic et beaucoup d'amateurs. Elle personnalise des raquettes en y peignant à l'aérographe des symboles, des initiales, un nom... ou les maquille en noir pour des joueurs n'ayant pas de contrat avec une marque.

De 2 à 10 heures de travail

Un travail d'une minutie extrême, qui peut prendre entre deux et dix heures. «Je mets la raquette à nu, je ponce, je mets la couleur de base... Il faut faire attention surtout pour les pros, on ne peut pas ajouter dix grammes». Les marques limitent aussi les zones personnalisables chez les pros. «Je travaille rarement sur plus de 3 cm de large». Mais sa technique offre plus de liberté que les stickers.

Elle customise sept raquettes par semaine, à côté de ses cours de tennis. Pour 50 à 80 euros. Pas de quoi devenir millionnaire. «Cela reste mon loisir», confie la Belge, qui a créé un modèle pour Kockelscheuer.

(L'essentiel/Nicolas Martin)