Malgré un protocole strict

16 septembre 2021 20:30; Act: 17.09.2021 11:28 Print

Kockelscheuer veut sa grande fête du tennis

Le BGL BNP Paribas Luxembourg Open, qui rendra son verdict ce week-end, a dû mettre en place un protocole sanitaire strict.

storybild

Malgré un protocole strict, Kockelscheuer veut sa grande fête du tennis. (photo: Anouk Flesch)

Sur ce sujet
Une faute?

Le CK Sportcenter de Kockelscheuer s’apprête à recevoir de nombreux visiteurs, ce week-end, avec le dénouement du BGL BNP Paribas Luxembourg Open, dont les quarts de finale débutent ce vendredi. L’organisation du tournoi a dû composer cette année avec le cahier des charges très strict mis en place par la WTA en ces temps de Covid-19, tout en essayant d’offrir la meilleure expérience possible à ses spectateurs. «La WTA est très stricte et a mis en place des règlements qui ne sont pas toujours très logiques, grince Danielle Maas, la directrice de l’épreuve. L’atmosphère familiale du tournoi est un peu perdue puisque les joueuses doivent être séparées du public».

Allez demander un autographe à sa joueuse préférée à la sortie du court n’est donc plus permis et, pour les journalistes, ce règlement se traduit par des conférences de presse sur Zoom, alors que les tenniswomen sont installées dans la pièce d’à côté.

Des séances photo ouvertes au public

Afin de garder un semblant de proximité entre les joueuses et le public, l’organisation a dû se creuser les méninges. «Contrairement aux autres années, on a décidé d'installer le village dehors, souligne Danielle Maas. S’il fait beau ce sera très agréable, ça donnera un air de vacances. On y organisera aussi des séances photo ouvertes au public avec les joueuses».

Côté gradins, les habitués des lieux pourront remarquer qu’une des deux tribunes du court central a été rabotée. «On a fait baisser le nombre de spectateurs de 2000 à 1000. On aurait pu faire venir plus de monde mais nous avons fait le choix, pour garantir la sécurité, de garder un peu de place car le CK Sportcenter est assez étroit». Chaque spectateur doit être muni d’un CovidCheck pour entrer dans l’enceinte et le masque est obligatoire pour circuler à l’intérieur. Malgré tous ces changements, Danielle Maas espère préserver le principal: «Une belle fête du tennis».

(Nicolas Grellier/ L'essentiel )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.