Natation

04 décembre 2019 10:00; Act: 04.12.2019 09:08 Print

L'équipe du Luxembourg prend du volume à l'Euro

Le Luxembourg arrive aux championnats d'Europe en petit bassin, à Glasgow, avec six nageurs. Julien Henx se confie.

storybild

Julien Henx, 24 ans, espère atteindre sur 50 m papillon sa première demi-finale dans un championnat d'Europe du côté de Glasgow. (photo: AFP/oli Scarff)

Sur ce sujet
Une faute?

Cinq garçons et une fille. Le Luxembourg arrive en force à l'Euro en petit bassin qui s'ouvre, aujourd'hui, à Glasgow. Car les jeunes Rémi Fabiani et Max Mannes se sont invités, en dernière minute, auprès des cadres Raphaël Stacchiotti, Julien Henx, Pit Brandenburger et Monique Olivier.

Des relais côté masculin

«Ce n'est plus le petit Luxembourg». Avant d'entrer en lice aujourd'hui sur 100 m papillon, Julien Henx ne cachait pas sa joie de voir l'équipe nationale prendre du volume. «Nous sommes cinq garçons, ce qui va nous permettre de disputer les relais (4x50 m nage libre et quatre nages). C'est une première. Et l'encadrement suit, avec ici deux entraîneurs (Christophe Audot et Ingolf Bender), le DTN Christian Hansmann et un kiné.

Du lourd à Glasgow

En Écosse, les Luxembourgeois vont tomber sur du costaud. «La plupart des meilleurs sont là. Je viens de discuter avec Florent Manaudou, qui est champion olympique et recordman du monde du 50 m nage libre en petit bassin mais aussi avec Jesse Puts, le champion du monde 2016», poursuit le Dudelangeois. Je ne me compare pas à ces gars. Je fais mon truc, mais je veux me battre».

Objectif demies

Et si beaucoup ont déjà les JO de Tokyo en tête, pour lesquels seul Stacchiotti a son billet côté luxembourgeois, pas question de snober le petit bassin, même s'il n'est pas qualificatif. «Un bon chrono à ce niveau donne une dynamique et fait du bien à la tête», note Henx, qui visera un record national et rêve d'une place en demies sur 50 m papillon.

(Nicolas Martin/L'essentiel)