Sport au Luxembourg

12 février 2019 11:00; Act: 12.02.2019 11:09 Print

Les tests antidopage étaient tous négatifs

LUXEMBOURG – L’Agence luxembourgeoise antidopage a publié mardi son bilan concernant l’année 2018. Au total, 202 contrôles ont été effectués.

storybild

Les trois quarts des tests ont été effectués lors de compétitions. (photo: DPA/Patrick Seeger)

Sur ce sujet
Une faute?

Les contrôles effectués l’an dernier sur des sportifs se sont tous révélés négatifs. C’est ce qu’a indiqué mardi l’agence luxembourgeoise antidopage (ALAD), en présentant son bilan annuel. Au total, 202 contrôles ont été effectués, dont huit à l’étranger, à la demande de l’ALAD. Soit un peu plus que l’année précédente (187), lorsque cinq analyses appartenant à quatre sportifs avaient révélé la présence de produits interdits.

Si elle n’a constaté aucun cas de dopage, l’ALAD a tout de même dénombré sept «no show». Cela concerne les cas où le sportif ne se trouve pas à l’endroit qu’il avait indiqué et ne peut donc se soumettre au contrôle inopiné. Une sanction intervient lorsque l’athlète enregistre trois «no show» en un an.

Les cas annoncés plus tardivement

Les contrôles, qui concernaient les sportifs exerçant au Luxembourg, étaient sanguins ou urinaires, parfois les deux à la fois. Les trois quarts des tests (153) ont eu lieu lors de compétition, le reste durant la saison en marge des entraînements, conformément à la législation. Dans 41 cas, le résultat a été traité non pas par l’ALAD mais par une fédération internationale.

En conformité avec la législation européenne sur la protection des données (le RGPD), l’ALAD ne communiquera sur le nom des sportifs incriminés qu’après une décision du Conseil de discipline contre le dopage. Auparavant, elle le faisait dès lors qu’il était apparent qu’un athlète avait enfreint une règle antidopage.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Papa le 12.02.2019 11:24 Report dénoncer ce commentaire

    Du pipeau, ma fille a fait du haut-niveau ici pendant 15 ans et a participé à tout ce qui se fait comme compétitions au Luxembourg. Jamais aucun contrôle, ni pour elle ni pour aucun autre athlète dans son sport. idem à l'INS où elle a pourtant fait toute sa scolarité, aucune descente et aucun contrôle de quoi que ce soit, et pourtant...

  • Réné le 12.02.2019 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    Les contrôles doivent surtout se faire en amont, c'est-à-dire lors de contrôles effectués pendant les entraînements. Les sportifs dopés savent exactement comment faire pour déterminer à quel moment stopper leur prise de produit, c'est-à-dire quelques semaines, voire quelques jours avant la compétition.

  • Jean II le 12.02.2019 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faites aussi les contrôles par une agence indépendante pour voir ?

Les derniers commentaires

  • Jean II le 12.02.2019 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faites aussi les contrôles par une agence indépendante pour voir ?

  • Réné le 12.02.2019 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    Les contrôles doivent surtout se faire en amont, c'est-à-dire lors de contrôles effectués pendant les entraînements. Les sportifs dopés savent exactement comment faire pour déterminer à quel moment stopper leur prise de produit, c'est-à-dire quelques semaines, voire quelques jours avant la compétition.

  • Avis le 12.02.2019 12:49 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une fois que le négatif est positif

  • Papa le 12.02.2019 11:24 Report dénoncer ce commentaire

    Du pipeau, ma fille a fait du haut-niveau ici pendant 15 ans et a participé à tout ce qui se fait comme compétitions au Luxembourg. Jamais aucun contrôle, ni pour elle ni pour aucun autre athlète dans son sport. idem à l'INS où elle a pourtant fait toute sa scolarité, aucune descente et aucun contrôle de quoi que ce soit, et pourtant...

    • Delphina le 12.02.2019 12:52 Report dénoncer ce commentaire

      C'est vrai qu'au Sportlycée, on trouve de tout, sauf de vrais talents motivés.

    • @papa: lisez l'article ! le 12.02.2019 12:56 Report dénoncer ce commentaire

      Il est nul par écrit que des contrôles ont été effectués sur tout les sportifs. Il est juste écrit, que sur les contrôles effectués, il y a 0 positif. Vous ne pouvez pas appeler quelque chose du "pipeau" quand vous parlez d'un sujet complètement différent de ce que est écrit. Un peu de bon sens svp..

  • Novitchok le 12.02.2019 11:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas comme ça dans tous les pays malheureusement

    • Rigoberta M le 12.02.2019 12:06 Report dénoncer ce commentaire

      Effectivement! Il semble qu'en Angleterre on a trouvé les moyens de se doper sans se faire avoir, beaucoup dans l'athlétisme et surtout dans le cyclisme!

    • Brigitte le 12.02.2019 12:18 Report dénoncer ce commentaire

      Dans les autres pays, il y a des sportifs.