Football

21 octobre 2019 15:52; Act: 21.10.2019 17:20 Print

100 000 euros d'amende pour une arrivée tardive

Revenu en retard à Dortmund de son séjour en sélection anglaise, Jadon Sancho, écarté ce week-end par Lucien Favre, a été lourdement sanctionné.

storybild

Jason Sancho devra passser à la caisse. Avec un salaire annuel estimé à plus de 11 millions, il en a les moyens.

Sur ce sujet
Une faute?

L'heure, c'est l'heure. Pour ne pas avoir respecté cette évidence et pris quelques liberté sur l'horaire qui lui avait été imposé pour son retour en club, Jadon Sancho (19 ans) a été mis à l'index par Lucien Favre, qui ne l'a pas convoqué dans le groupe qui affrontait samedi, Borussia Mönchengladbach (1-0).

Coupable d'avoir différé son retour, après la pause internationale qui l'avait vu disputer quelques minutes lundi dernier avec l'Angleterre à Sofia (6-0 contre la Bulgarie), le joueur s'est aussi vu signifier une amende salée de 100 000 euros, selon plusieurs médias allemands.

Un avertissement

«Jadon a grandi rapidement et dépasse encore de temps en temps les limites de ce qui est permis. Ensuite, nous sommes là pour les fixer de nouveau», a assuré Michael Zorc, le directeur sportif du club de la Ruhr. Un gros avertissement donc pour l'attaquant, qui devrait cependant effectuer son retour pour l'affiche contre l'Inter, mercredi soir déjà, en Ligue des champions.

Révélation de la saison dernière en Bundesliga, l'international anglais (10 sélections) a déjà inscrit 18 buts et délivré 30 passes décisives en 66 matches avec Dortmund, qu'il avait rejoint en 2017 en provenance des espoirs de Manchester City.

Cet été, son salaire avait été considérablement augmenté afin de repousser les éventuels prétendants prêts à s'arracher la pépite. Selon le Daily Mail, Jadon Sancho, sous contrat dans la Ruhr jusqu'en 2022, percevrait dorénavant un salaire d'environ 181 000 euros par semaine. Largement de quoi se payer une petite arrivée tardive.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.