En Italie

16 septembre 2019 08:54; Act: 16.09.2019 10:18 Print

Arrestation d'une douzaine de chefs Ultras de la Juve

Une douzaine de chefs «Ultras» de la Juventus ont été arrêtés lundi matin, dans le cadre d'une vaste enquête sur des faits de violence et d'extorsion.

Sur ce sujet
Une faute?

Selon le quotidien La Repubblica, une quarantaine de perquisitions étaient en cours lundi matin, dans plusieurs villes italiennes dans le cadre de cette opération baptisée Last Banner (Dernière Banderole). Une douzaine de responsables des groupes organisés de tifosi de la Juventus ont été arrêtés, parmi lesquels les chefs des groupes «Drughi», «Tradizione-Antichi valori», «Viking», «Nucleo 1985» ou «Quelli... di via Filadelfia».

Dino Mocciola, le chef des Drughi, le principal groupe Ultra du club piémontais, fait partie des personnes arrêtées. Selon le quotidien sportif Gazzetta dello Sport, les personnes arrêtées seraient soupçonnées d'«association de délinquants, extorsion aggravée, blanchiment et violences».

Selon les procureures Chiara Maina et Patrizia Caputo, en charge de l'enquête, les différents chefs de groupe auraient mis en place un système de menaces et de chantage envers des responsables de la billetterie pour essayer de continuer à avoir des tickets à prix favorable qu'ils auraient ensuite revendus. La Juventus avait mis fin en 2017 à la distribution aux groupes Ultras de blocs de billets à revendre.

L'enquête a débuté il y a un an après une signalisation du club à propos du chantage exercé par ses Ultras. Ceux-ci auraient notamment menacé de lancer des cris et chants racistes lors des matches, mettant le club sous la menace de sanctions sportives et financières.

Selon les médias italiens, cette enquête est liée à une précédente affaire qui avait mis en évidence l'infiltration des tribunes du Juventus Stadium par des individus proches de la n'drangheta, la puissante mafia calabraise.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.