Wimbledon

03 juillet 2017 16:01; Act: 03.07.2017 16:17 Print

Bartoli: «Je ne savais pas si j'allais me réveiller»

L'ancienne championne de Wimbledon s'est confiée sur la maladie qui a failli lui coûter la vie, l'an dernier.

storybild

Marion Bartoli à Wimbledon en 2014.

Sur ce sujet
Une faute?

Marion Bartoli, ancienne gagnante de Wimbledon, a eu peur de mourir dans son sommeil l'an passé lorsqu'elle luttait contre un virus, a-t-elle expliqué dans les colonnes du Times lundi, alors que débute le tournoi londonien.

«Je ne savais pas si je me réveillerais vivante le lendemain matin. Mais je me disais que si je devais mourir à Wimbledon, je l'accepterais», a affirmé la Française de 32 ans, qui s'était imposée en 2013 à Londres en battant l'Allemande Sabine Lisicki en finale, et avait pris sa retraite moins de deux moins après.

«Je pouvais ressentir l'électricité»

La Niçoise, devenue commentatrice télé, avait subi une impressionnante perte de poids l'an passé, à tel point que les organisateurs de Wimbledon lui avaient interdit de participer au tournoi des «légendes» pour des raisons de santé.

«Je perdais mes long cheveux que j'adore, mes dents étaient sur le point de tomber et ma peau craquelait», a confié Marion Bartoli en précisant avoir souffert de la grippe A (virus H1N1). «Je ne pouvais plus me laver avec de l'eau du robinet, je ne pouvais plus écrire d'e-mail sur un clavier, ma peau était si mince que je pouvais ressentir l'électricité. Je souffrais d'arthrite et je ne m'habillais plus qu'avec des vêtements taille 14 ans», a ajouté celle qui va désormais mieux et a repris du poids.

«Je me sens de nouveau vivante et prête pour fonder une famille», a souligné l'ex-championne, qui avait disputé une autre finale à Londres en 2007. Pour se soigner, elle a passé quatre mois dans un hôpital parisien puis a reçu des soins infirmiers quotidiens à son domicile de Dubai.

En novembre, elle a couru - et terminé - le marathon de New York. Il s'agissait alors d'un «nouveau départ» pour l'ex-joueuse, qui a toujours réfuté les rumeurs d'anorexie la concernant.

(L'essentiel/nxp/afp)