Football

27 mars 2020 15:29; Act: 27.03.2020 15:42 Print

David Beckham et son club freinés dans leur éclosion

La Major League Soccer étant à l'arrêt, l'Inter Miami de l'ancien international anglais doit s'adapter, comme les autres.

storybild

David Beckham doit patienter, comme tout le monde... (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Être créatif pour continuer à s'entraîner: tel est le quotidien des joueurs de l'Inter Miami, club propriété de David Beckham, nouveau venu dans le championnat nord-américain de football (MLS) dont la saison est à l'arrêt, en raison de la pandémie de coronavirus.

Débarqué cet hiver en provenance de New York, le gardien Luis Robles n'imaginait certainement pas que ses premiers mois dans le sud de la Floride ressembleraient à ça. Il y a deux semaines, après deux défaites concédées à l'extérieur, il se préparait à disputer le tout premier match à domicile de son équipe, dans la ville voisine de Fort Lauderdale, où l'Inter Miami a élu domicile, en attendant d'avoir son propre stade en 2022.

Incertitude

Mais à 48 heures de disputer cette rencontre historique face au LA Galaxy, le sport aux États-Unis a dû se mettre sous cloche, paralysé par la pandémie de coronavirus.

Deux jours après, tandis que dans une séquence étonnante, David Beckham se promenait, avec femme et enfants, dans le futur stade en construction de son club, un autre grand vide se présentait face à Robles et ses coéquipiers, incapables de savoir quand ils pourraient de nouveau jouer au foot ensemble.

Salle de gym à domicile

Les installations du club étant fermées, à l'instar de celles des sports majeurs américains, pour minimiser le risque de propagation du virus, il leur a fallu improviser pour trouver le moyen de se tenir en forme.

«C'est une situation sans précédent et il est parfois très difficile de trouver un endroit pour s'entraîner», a dit Robles, lors d'une conférence téléphonique, mercredi, tout en «continuant à suivre les directives des responsables de santé».

S'entraîner à domicile

«On prend du temps pour respecter le programme d'entraînement individualisé qui nous a été donné. Principalement de la course, puis, deux jours par semaine, du renforcement musculaire», détaille-t-il.

«On peut faire ça à la maison. Par exemple, je n'ai pas de poids à disposition, mais il suffit de remplir un bidon de lait d'un gallon (3,78 litres) et de l'utiliser comme tel. Ça m'a permis de faire certains des exercices. Voilà une façon créative de s'entraîner», décrit-il.

Travailler l'endurance

Robles, qui concède peu goûter la course, s'est dit heureux d'avoir des coéquipiers qui vivent près de chez lui pour battre le pavé ensemble. «Ça m'a maintenu motivé et ça m'a également aidé à travailler l'endurance, qui est souvent négligée chez les gardiens. C'est probablement un des domaines que je chercherai à encore améliorer au retour à la normale». À Miami comme dans de nombreuses grandes villes des États-Unis, le confinement est à présent obligatoire.

Ce qui ne semble pas poser de problème au milieu de terrain Wil Trapp. «Je fais beaucoup de «bodyweight» (exercices avec le poids du corps pour solliciter les muscles), mais j'ai commandé beaucoup de choses en ligne et j'ai construit ma propre salle de gym à domicile. Je voulais faire ça depuis un moment et cela m'a incité à le faire comme une nécessité», explique-t-il.

«Nous continuons d'apprendre»

Les programmes d'entraînements personnalisés sont modifiables, grâce à un système de GPS qui permet à l'entraîneur Diego Alonso et à son staff de suivre les progrès des joueurs. Des visioconférences sont également organisées. «C'est incroyable, en 2020, les ressources dont on dispose pour voir comment nous pouvons nous améliorer en équipe», souligne Robles.

«On nous montre des clips vidéo de situations de jeu et on nous demande de trouver des solutions. Nous continuons de penser et d'apprendre. Pour moi, c'est stimulant d'avoir des devoirs à la maison axés sur le foot», confie Trapp.

Du fait de son statut de capitaine, Luis Robles a participé mardi, comme tous ses homologues de la MLS, à une conférence téléphonique avec le patron de l'instance Don Garber. «La MLS examine toutes les options et tous les scénarios possibles afin que nous puissions disputer une saison complète», affirme-t-il, même s'il reconnaît que l'incertitude demeure.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.