Football

17 octobre 2021 10:03; Act: 17.10.2021 15:57 Print

Déniché sur Football Manager, il brille au Chili

Ben Brereton Díaz est un joueur anglo-chilien. Cette deuxième nationalité, il l’a exploitée grâce à un joueur de Football Manager. Depuis, il a fait son passeport.

storybild

Ben Brereton Díaz a encore marqué un but sous les couleurs du Chili, lors des qualifications pour la Coupe du monde 2022. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Passer par les juniors de l’équipe d’Angleterre, acquérir son passeport chilien en quatre mois et porter le tricot de l’équipe nationale pour jouer les qualifications du Mondial 2022: la trajectoire de Ben Brereton a de quoi étonner. Ce joueur né au Royaume-Uni d’une mère chilienne et d’un père anglais était bien parti pour être un footballeur tout ce qu’il y a de plus britannique.

Il évolue actuellement aux Blackburn Rovers, après avoir fait ses débuts chez les pros à Nottingham Forest. Il a aussi joué pour les jeunes équipes nationales anglaises, jusqu’à ce que le Chili ne le repère. Par un étonnant concours de circonstances.

Merci Football Manager

Sa sélection avec l’équipe du Chili, le joueur la doit en partie au jeu de simulation Football Manager. La monstrueuse base de données est régulièrement mise à jour. Des scouts sont chargés de réaliser la fiche de chacun des joueurs. L’un de ces scouts avait entendu parler d’une interview dans laquelle Ben Brereton se disait à moitié chilien, grâce à sa mère. «J’étais en train de mettre à jour pour la nouvelle saison, donc j’ai effectué le changement et j’ai dû leur envoyer un lien de l’interview, le vérifier, et c’était bon», raconte Marc Hitchen.

Le professeur assistant et joueur de Football Manager a ensuite expliqué la tournure des événements au Lancashire Telegraph. «J’ai commencé à voir des drapeaux chiliens sur son fil Instagram, il y avait des blogs YouTube dans lesquels des supporters voulaient le voir sélectionné, en montrant des clips.» Petit à petit, les voix s’élèvent pour que Brereton soit repéré par la Fédération chilienne de football, qui a bien vu le phénomène arriver. Il fallait ensuite s’assurer que le joueur obtienne la nationalité.

«Il n’y a pas eu d’approche de la Fédération chilienne vers Blackburn. C’était plutôt une approche directe vers Ben pour qu’il fasse ses documents de manière à être éligible», affirme Ben Corbyn à «The Athletic». Le fils d’un chef de parti politique anglais a été d’une grande aide pour les démarches administratives.


«Parler anglais comme une vache espagnole» s’applique au joueur de 22 ans. Dans son cas, il parle espagnol comme une vache anglaise, et s’est retrouvé dans des situations spéciales à plusieurs reprises, depuis qu’il a été sélectionné par le Chili. Des policiers l’ont par exemple interpellé pour prendre des selfies avec lui, alors qu’il craignait avoir fait quelque chose de répréhensible. Il a fini par aller boire un verre avec eux.

Ses coéquipiers chiliens s’en amusent aussi, et tentent de lui apprendre l’espagnol - «"Big Ben" fait de nombreux efforts pour apprendre notre langage» - et des mots plus ou moins fleuris. Au vu de ses performances, il semble très bien parler le football.

(L'essentiel/Rebecca Garcia)