CAN-2022

07 janvier 2022 13:46; Act: 07.01.2022 14:43 Print

Ils se font vacciner pour voir leur équipe nationale

À deux jours de l'ouverture de la Coupe d'Afrique des Nations, de nombreux Camerounais acceptent de se faire vacciner, une des deux conditions pour assister aux matchs.

storybild

La vaccination est l'une des deux conditions pour assister aux matches de la Coupe d'Afrique des Nations qui débute dans deux jours. (photo: AFP/Daniel Beloumou Olomo)

Sur ce sujet
Une faute?

«Si je me fais piquer, c'est rien que pour les Lions indomptables. Je suis prêt à mourir pour eux», lance Vincent Nemgne, en se faisant vacciner contre le Covid-19, une nécessité pour acclamer au stade le Cameroun, hôte de la Coupe d'Afrique des nations de football. À deux jours de l'ouverture de la compétition, de nombreux Camerounais dépassent leurs réticences et acceptent de se faire vacciner, une des deux conditions pour assister aux matchs, en plus d'un test PCR négatif de moins de 72 heures ou antigénique de 24 heures.

«Il y a clairement un effet CAN. Nous sommes passés de dix personnes par jour à plus de 100 depuis lundi. Cela augmente de manière exponentielle», explique à le docteur Lucien Mama, coordinateur du site de vaccination du Palais des sports de Yaoundé, la capitale. «Jusqu'à présent, les Camerounais refusaient de se faire vacciner. La CAN a cassé les barrières psychologiques et les hésitations», veut-il croire.

Au Cameroun, vaste pays d'Afrique centrale de 27 millions d'habitants, seulement 6% de la population âgée de plus de 18 ans est officiellement vaccinée, et les deux conditions draconiennes imposées par la Confédération Africaine de football (CAF) pourraient dissuader les supporters de venir massivement au stade, dans un pays où l'on refuse volontiers ostensiblement de porter le masque. Enfin, mardi, une jauge de remplissage des stades à 60% a été annoncée, montée à 80% quand les Lions indomptables joueront.

Réticences nombreuses

Juste à côté du Palais des sports de Yaoundé, ils sont quelques dizaines à attendre leur tour sous la tente. «Je suis venu voir comment ça se passe. J'accepte de me faire vacciner que si j'ai mon ticket pour le match, et pour le moment je ne l'ai pas encore», témoigne Yaya Bachirou, 33 ans.

«Pendant 15 minutes, tu t’assoies et tu ne parles pas», intime une infirmière à un patient après l'injection. «Et tu ne feras pas l'amour non plus aujourd'hui», plaisante sa collègue. La rumeur selon laquelle le vaccin rendrait stérile est très répandue au Cameroun, en plus de bien d'autres idées reçues. «La réticence à la vaccination est liée à une conjonction de facteurs», explique Larissa Kojoué, enseignante-chercheuse à l'université de Buea, dans l'ouest.

«Elle est d'abord liée à la méconnaissance de cette maladie encore récente, à la gestion parfois chaotique de l'épidémie dans le pays, et à une désinformation qui vient principalement d'Europe et des États-Unis, à laquelle a été sensible une grande partie de la population, à commencer par les élites», assure-t-elle.

Les faux passes ne suffiront pas

À Yaoundé, l'obligation vaccinale pour le stade a suscité beaucoup d'amertume. «Je voulais aller supporter les Lions indomptables. On attend ce moment depuis 50 ans. Mais je n'irai pas car je ne veux pas me faire vacciner», tonne Amougou, qui ne veut donner que son prénom. «Ils donnent un produit pour que les Africaines n'accouchent plus», lâche-t-il en finissant de faire ses courses au marché central.

«Si la vaccination est obligatoire, je n'irai pas au stade malheureusement. Je ne vais pas me faire vacciner pour chaque variant et je ne veux pas me faire injecter un liquide que je ne connais pas», confie aussi Dylan, 20 ans, vendeur d'appareils solaires et électroniques.

«Certains spectateurs pensent avoir recours aux faux certificats de vaccination pour accéder au stade mais le dispositif avec le passe sanitaire et le QR Code est suffisamment robuste pour l'éviter», assure le professeur Yap Boum, épidémiologiste et responsable d'un centre de recherche de Médecins Sans Frontière à Yaoundé.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • LuxThill le 08.01.2022 15:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Risquer sa vie pour un match est vraiment d’une stupidité désarmante…

  • Cyborg le 07.01.2022 22:05 Report dénoncer ce commentaire

    Quel niveau!

  • Baron Rouge le 08.01.2022 04:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les fans de football des génies …

Les derniers commentaires

  • LuxThill le 08.01.2022 15:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Risquer sa vie pour un match est vraiment d’une stupidité désarmante…

  • realite le 08.01.2022 13:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tour de manège foire du trône , menu fast food New York , voitures Russie , million dollar usa, remise de peine prison France ..et maintenant pour pouvoir assisté à un match de foot ! De mieux en mieux

  • vacccin capitalisme le 08.01.2022 10:32 Report dénoncer ce commentaire

    incroyable tout est fait pour le commerce du vaccin ?? sa rapporte des milliards

  • Baron Rouge le 08.01.2022 04:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les fans de football des génies …

  • Delire le 08.01.2022 00:59 Report dénoncer ce commentaire

    Ils arrivent toujours a leurs fin leurs métier c est la manipulation et chantage de masse encore une fois trop fort pour le niveau intellectuel de ces pauvres gens.