Gymnastique - abus sexuels

22 février 2020 22:34; Act: 22.02.2020 22:34 Print

Jusqu'à 1,25 million pour les victimes de Nassar

La Fédération américaine de gymnastique a proposé un système de dédommagement échelonné aux victimes d'abus sexuels perpétrés par l'ancien médecin de l'équipe nationale Larry Nassar.

storybild

La multi-médaillée Simone Biles, elle aussi victime de Larry Nassar, est concernée par le dédommagement maximal fixé à 1,25 millions de dollars.

Sur ce sujet
Une faute?

Une déclaration de divulgation déposée auprès du tribunal américain de faillite du district sud de l'Indiana a été rapportée par le quotidien Orange County Register et la chaîne ESPN, détaillant ce que les 517 victimes de Nassar percevraient selon cette proposition.

La quadruple médaillée d'or olympique à Rio, Simone Biles, qui devrait être la grande star des Jeux de Tokyo cet été, fait partie des 66 gymnastes élites concernées par le dédommagement maximal fixé à 1,25 million de dollars, pour avoir été agressées aux Jeux olympiques, aux championnats du monde, aux camps d'entraînement de l'équipe américaine ou lors d'autres événements de l'équipe nationale.

Les gymnastes non élites victimes d'abus sexuels lors d'événements organisés par USA Gymnastics recevraient plus de 500000 dollars, les gymnastes abusées dans des lieux n'appartenant pas USA Gymnastics seraient payés quelque 175000 dollars et les personnes ayant subi des «actions obliques» ne percevraient que 82 550 dollars.

Les gymnastes victimes de Nassar ont poursuivi USA Gymnastics pour ne pas les avoir protégées de ce dernier, qui a abusé d'elles entre 1996 et 2014 et a été condamné en 2018 à des peines allant de 40 à 125 ans de prison. Le plan de dédommagement de la Fédération de gymnastique s'inscrit dans une offre globale de 215 millions de dollars formulée en janvier, que l'avocat de plus de 180 de victimes avait qualifié d'«inadmissible».

John Manly a ajouté samedi dans les colonnes de l'Orange County Register que «cette offre empêcherait en outre toute nouvelle action contre les responsables du comité olympique et paralympique américain». «Leur plan permet à tous les nombreux protecteurs de Nassar dont l'ancien patron de la fédération de gymnastique Steve Penny et l'ancien président de l'USOPC Scott Blackmun, d'échapper complètement à la justice et de ne rien payer», a-t-il dit.

«Que les parents qui envisagent de placer leur enfant dans une salle de sport gérée par USA Gymnastics le sachent. L'instance dit que si un pédophile reconnu se trouve dans ce gymnase et qu'il viole votre enfant, alors votre enfant vaut 82 000 dollars. C'est la considération la plus dégoûtante, la plus répréhensible et la plus vile des enfants qui puisse être», a-t-il asséné.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.