Tour de France

14 juillet 2019 18:44; Act: 14.07.2019 18:51 Print

La caravane publicitaire attire toujours autant

Ils sont environ 70% des Français à se déplacer sur les routes du Tour de France juste pour elle. Petite revue d'effectif de l'incontournable caravane publicitaire.

Sur ce sujet
Une faute?

Comme le disait David Lappartient, le président de l'UCI, «les cyclistes pédalent pour compenser tout ce qu'il se passe autour d'eux!» Surtout en matière de bilan carbone. Heureusement, parce que celui de la caravane publicitaire arriverait sans doute à faire rougir le plus gros des pollueurs. Mais sur le Tour de France, c'est une institution depuis 1930 et largement plus de la moitié des spectateurs vient, au moins en partie, pour la voir passer.

«Bonjour Monsieur, je vois que vous avez un badge du Tour de France... Vous savez où est la course?», nous a demandé une honnête vieille dame. On lui a répondu que la ligne d'arrivée n'était pas loin, mais elle a eu une réponse typique du spectateur moyen de la Grande Boucle. «Oh moi, les coureurs, je m'en fiche, je suis juste là pour la caravane.» Pas de bol, tout se passe un peu au même endroit quand même.

15 millions de gadgets

En tout, ce ne sont pas moins de 160 véhicules de tous genres qui sillonnent les routes de l'Hexagone, quelques kilomètres devant les coureurs. Il y a des cyclistes en jaune géants, des syndicalistes, des marques de lunettes, des grands distributeurs, des gens qui lancent des bonbons, des militaires qui tentent de recruter de nouvelles forces, des véhicules pour promouvoir la lutte contre certaines maladies…

La caravane fait travailler la bagatelle de 600 personnes (480 caravaniers et 120 logisticiens et techniciens), qui distribuent environ 15 millions de gadgets en tout genre en une demi-heure de passage, montre en main, et mesure environ 11 bornes.

C'est qu'il en faut des gadgets pour contenter – même si c'est impossible à faire – les dix à douze millions de personnes qui sont présentes au bord des routes entre le départ de Bruxelles et l'arrivée à Paris. Parmi eux, 60% d'hommes et 20% d'étrangers environ, qui restent en moyenne sept heures au bord de la route, là où le peloton passe des fois en moins de 30 secondes chrono.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.