Rugby - Coupe du monde

21 septembre 2019 15:12; Act: 21.09.2019 15:14 Print

La Nouvelle-​​Zélande domine l'Afrique du Sud

Les Néo-Zélandais ont brandi ce samedi à la face du monde leur ambition de décrocher un 3e titre consécutif début novembre, en battant l'Afrique du Sud (23-13).

storybild

Le Néo-Zélandais Anton Lienert-Brown (à gauche) est plaqué par les Sud-Africains Tendai Mtawarira (au centre) et Franco Mostert. (photo: AFP/odd Andersen)

Sur ce sujet
Une faute?

Et à la fin, les All Blacks gagnent... Invaincus en Coupe du monde depuis 2007, les Néo-Zélandais ont brandi à la face du monde leur ambition de décrocher un 3e titre consécutif début novembre, en battant l'Afrique du Sud (23-13), samedi à Yokohama. Les prétendants au trône ont intérêt à se méfier: pour déloger les All Blacks, il faudra être fort. En tout cas bien meilleur que les Boks, qui n'ont tenu tête au tenant qu'une vingtaine de minutes en début de chaque période. Insuffisant face au collectif néo-zélandais, désormais assuré -sauf catastrophe industrielle- de la première place de la poule B et d'un quart de finale aisé, face au 2e de la poule A, celle de l'Ecosse ou du Japon.

«On a pris trop de temps à vraiment entrer dans le match. On s'en est tenus à notre plan et ça a plutôt fonctionné en deuxième période. On voulait marquer en premier et c'est ce qu'il s'est passé. Mais on n'a pas su capitaliser sur nos chances», a déploré le capitaine des Boks Siya Kolisi. Car ces Blacks-là, malgré un quinzième succès de rang en Coupe du monde, n'ont pas encore retrouvé toute la confiance et l'assurance qui leur ont permis de dominer la planète rugby pendant dix ans mais ils ont de quoi compenser. Et, si Steve Hansen n'a pas pas trouvé la formule pour transformer en rouleau compresseur son système à deux meneurs de jeu, les Néo-Zélandais disposent encore de suffisamment de talent individuel pour faire la différence.

Les Blacks ont semblé vaciller

Quand ce n'est pas Beauden Barrett, meilleur joueur de l'année 2016 et 2017 en tant qu'ouvreur mais décalé à l'arrière, c'est George Bridge, auteur du premier essai (24e), Scott Barrett qui a marqué le deuxième (27e) ou Richie Mo'unga (10 points au pied) qui font la différence. Avec vingt-trois plaquages ratés en première période seulement, les Springboks, eux, ont semblé avoir oublié les principes défensifs mis en place par le sélectionneur Rassie Erasmus et qui ont fait déjouer leurs adversaires depuis un an.

Les grands requins de la planète rugby pensaient pourtant avoir senti l'odeur du sang: les Blacks, délogés de la place de N.1 mondial qu'ils occupaient depuis une décennie, ont un temps semblé sur le point de vaciller. Ils ne sont plus aussi impériaux que d'habitude et ont même chuté deux fois en moins d'un an (contre l'Irlande en novembre puis l'Australie en août). Les All Blacks ont d'ailleurs laissé filer le Rugby Championship pour la première fois depuis 2016. Avec au passage, aussi, un nul (16-16) à domicile face aux mêmes Boks le 27 juillet. Mais cette fois, l'essai de Pieter-Steph du Toit (47e, 17-8) puis le drop d'Handré Pollard (58e, 17-13) n'ont finalement été qu'illusoires. Même les percées du bondissant Cheslin Kolbe se sont révélées insuffisantes. La Nouvelle-Zélande, qui doit encore trouver des réponses, est encore bien trop forte. Voilà les autres prétendants au titre (l'Angleterre, l'Australie, Galles, Irlande et... Boks) prévenus.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.