En France

10 août 2021 10:49; Act: 10.08.2021 11:14 Print

Evan Fournier se paie son ministre de l'Éducation

Le basketteur français a critiqué le ministre français de l’Éducation et des sports, qui considère que le système scolaire a contribué aux médailles françaises en sports collectifs.

storybild

Evan Fournier ne fait pas parler sa rage que sur les parquets. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Jean-Michel Blanquer ne sera ni le premier, ni le dernier. Les politiques ont souvent tendance à se féliciter lorsqu’il s’agit de saluer des médailles ou des exploits sportifs en tout genre. En France, après l’or décroché par les équipes de handball masculine et féminine et les volleyeurs, ainsi que l’argent des basketteurs et le bronze des basketteuses, le dernier week-end des Jeux olympiques de Tokyo a été faste en déclarations.

Ainsi, le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a exprimé son contentement sur l’antenne d’Europe 1 lundi matin. «Ce sont des sports très pratiqués à l’école. (…) Cela montre que le système scolaire a beaucoup d’importance pour l’élite du sport», a lancé M. Blanquer.

La réponse des principaux concernés n’a pas tardé. Et notamment celle du basketteur Evan Fournier. Sur Twitter, le nouvel intérieur des New York Knicks a fustigé l’opinion de son ministre de tutelle: «Au contraire, monsieur le ministre. Notre culture sportive à l’école est désastreuse. Si mes coéquipiers et moi-même sommes arrivés à l’élite de notre sport, c’est grâce aux associations sportives, aux clubs, aux bénévoles, mais en aucun cas grâce à l’école», a-t-il posté.

Un avis qui a été rejoint par beaucoup d’autres. Son coéquipier Vincent Poirier avait déjà commenté les propos de Blanquer de la même manière, expliquant avoir fait très peu de basket à l’école. «Mais tranquille», a-t-il ajouté avant de remercier ironiquement l’EPS, médaille d’argent autour du cou. Ambiance grinçante.

(L'essentiel)