Rugby

23 septembre 2019 10:45; Act: 23.09.2019 10:55 Print

Les Néo-​​Zélandais furieux des ratés de diffusion TV

La plateforme de streaming qui a nouvellement acquis les droits de retransmission de la Coupe du monde, va devoir rembourser ses clients après le fiasco de samedi.

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe Spark, diffuseur de la Coupe du monde de rugby en Nouvelle-Zélande, a présenté ses excuses dimanche, après l'interruption de la retransmission de la victoire des All Blacks face à l'Afrique du Sud, qui a rendu furieux les supporteurs. La retransmission de la victoire des Blacks, emblème de ce pays «fou» de rugby, face aux Springboks (23-13), a été constamment interrompue et mâtinée de nombreux messages d'erreur.

«À mi-chemin de la première période, nous avons identifié que la qualité des images en streaming était fluctuante pour certains clients», a expliqué le groupe, dans un communiqué. «Nous nous excusons auprès de tous les clients impactés et nous allons travailler avec nos partenaires pour corriger ce qui s'est passé et nous assurer que le reste du tournoi se passe bien», a ajouté Spark, qui diffuse la Coupe du monde à la place du groupe Sky.

Des milliers de téléspectateurs réclament

Plus de 10 000 clients ont assailli la ligne téléphonique de Spark et le diffuseur a été contraint de retransmettre la seconde période de la rencontre en accès libre, ce qu'elle devait faire également pour les matches de dimanche. L'incident est embarrassant pour Spark, plus grand groupe de communication de Nouvelle-Zélande, qui entend révolutionner la diffusion des rencontres sportives via le streaming.

Pour la première fois à l'occasion de ce Mondial, les supporteurs doivent acquérir une offre groupée ou bien un accès par match pour visionner les rencontres. Spark a indiqué que les clients qui se connecteront pour les rencontres de dimanche seront intégralement remboursés, tandis que ceux ayant acquis une offre groupée pour toute la compétition recevraient une ristourne de 15%. Selon le groupe, le problème de retransmission est dû aux «partenaires internationaux de streaming» et non pas au réseau néo-zélandais.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.