Tennis

08 novembre 2020 13:46; Act: 09.11.2020 18:19 Print

Nick Kyrgios révèle sa lutte contre la dépression

Le tennisman australien s’est confié sur les heures sombres qu’il a vécues ces dernières années, dans un entretien au «Sunday Telegraph», dimanche.

storybild

«Beaucoup de gens me mettaient la pression, je me mettais beaucoup de pression moi-même», a révélé le tennisman. (photo: AFP/Pedro Pardo)

Sur ce sujet
Une faute?

Nick Kyrgios a dévoilé qu’il s’était trouvé dans une «situation sombre et solitaire» au cours des dernières années, alors qu’il luttait contre la dépression provoquée par le rythme écrasant du circuit ATP.

«Je ne pense pas que les gens comprennent à quel point le tennis peut être (un sport) solitaire», a-t-il déclaré, dimanche, dans un entretien au Sunday Telegraph de Sydney. Vous êtes seul sur le terrain. Vous ne pouvez pas vraiment parler à qui que ce soit. Vous devez trouver la solution par vous-même. J’ai eu du mal avec cet aspect», y explique le fantasque tennisman australien de 25 ans, coutumier des algarades sur le court.

«Je devenais incontrôlable»

Son comportement au Masters de Cincinnati en août 2019 lui a valu une amende de 113 000 dollars, ce qui l’avait ensuite conduit à qualifier l’ATP d’organisation «corrompue» avant de se rétracter.

«Je me souviens de m’être réveillé à Shanghai il y a un an, il était 16 heures et j’étais encore au lit, les rideaux fermés. Je ne voulais pas voir la lumière du jour», décrit l’actuel 45e mondial, disant avoir été «sérieusement déprimé» par moments dans le passé. J’avais l’impression que personne ne voulait me connaître en tant que personne, qu’on voyait juste en moi le joueur de tennis pour m’utiliser. Je ne me sentais pas capable de faire confiance à qui que ce soit. C’était un endroit solitaire et sombre», résume Nick Kyrgios.

«Il y a d’autre choses que j’aime faire»

«Beaucoup de gens me mettaient la pression, je me mettais beaucoup de pression moi-même. J’ai perdu toute joie de jouer et je devenais incontrôlable», ajoute-t-il. Je suis devenu dépressif à cause de ce que je pensais devoir être», assure le natif de Canberra, qui a choisi de ne pas prendre part cette année ni à l’US Open ni à Roland-Garros en raison de la pandémie de Covid-19.

Nick Kyrgios a d’ailleurs mis en cause certains de ses collègues dont le No 1 mondial Novak Djokovic, accusés ne pas prendre la situation suffisamment au sérieux. Il a profité de cette pause pour s’impliquer dans la collecte de fonds en faveur des victimes des feux de brousse meurtriers de l’été dernier en Australie ainsi que dans sa fondation pour les enfants défavorisés.

«Ça me manque vraiment (d’être sur le circuit). Mais je ne vis et ne respire pas le tennis. Il y a d’autre choses que j’aime faire», souligne-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.