Football

27 février 2021 10:16; Act: 27.02.2021 10:28 Print

Quand Zlatan donne des leçons à LeBron

Ibra a affirmé préfèrer que les sportifs ne se mêlent pas à la politique, visant directement LeBron James. «Je ne me tairais jamais», réplique la star NBA.

storybild

Zlatan Ibrahimovic est encore au sommet de son art à bientôt 40 ans. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors qu'un Michael Jordan, par exemple, était resté loin de l'échiquier politique lors de sa carrière, aussi bien pour des raisons mercantiles que personnelles, LeBron James, lui, n'hésite pas à dire ce qu'il pense. Il a été l’une des voix du mouvement «Black Lives Matter» au sein de la NBA. La star des Los Angeles Lakers y est très écoutée.

Mais ce mélange sport et politique n'est pas du goût d'un certain Zlatan Ibrahimovic. Le géant suédois, âgé de 39 ans et qui a traîné sa carcasse dans tous les grands championnats européens au cours de ses 22 ans de professionnalisme, n'a pas hésité - comme souvent - à mettre les pieds dans le plat et dire ce qu'il pensait de ce mélange des genres.

«LeBron James est un phénomène dans ce qu'il fait, mais je ne crois pas que les gens qui ont atteint un certain statut doivent se mêler de la politique... Je joue au football, parce que je suis le meilleur à jouer au football», a commencé par poser le joueur de l’AC Milan, à qui LeBron n'avait sans doute pas demandé son avis.

«Je ne suis pas le gars à attaque»

«C'est la première erreur que font les gens quand ils deviennent connus et qu'ils ont atteint une certaine notoriété, a-t-il enchaîné. Restez en-dehors de ça! Faites juste ce pour quoi vous êtes bons, parce que ce n'est pas une bonne chose de vouloir prendre part à tout ça».

LeBron James a répliqué au Suédois de Milan. «Je ne suis pas vraiment le genre de gars qu'il faut venir attaquer (en matière d'engagements), car je fais ce qu'il faut», a déclaré le quadruple champion NBA après la victoire des Los Angeles Lakers 102-93 contre les Portland Trail Blazers, vendredi soir. Pour James, en tant que sportif, il ne suffit pas de gagner des titres: il est tout aussi gratifiant d'inspirer et de responsabiliser les gens, ainsi que de rassembler les Américains.

«Au bout du compte, je ne me tairais jamais sur les choses qui ne vont pas. Je m'engage en faveur de mon peuple et je prêche pour l'égalité, l'injustice sociale, le racisme, l'égalité en matière d'accès au vote. Toutes les choses qui ont rapport avec ce qui se passe au sein de notre communauté», a déclaré la superstar de la NBA. «Il n'est pas question que je me contente de faire du sport. Je sais à quel point ma voix est puissante», a-t-il poursuivi.

«Pendant longtemps, on s'est entendu dire qu'en tant que sportifs, on devait être reconnaissants de pouvoir lancer une balle, dribbler un ballon, frapper avec une batte de baseball. On nous disait qu'on n'était pas capable ni autorisé à parler d'autre chose. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Et ce ne sera plus le cas pendant un long moment» a martelé James..

(L'essentiel)