En Autriche

21 février 2020 07:57; Act: 21.02.2020 10:47 Print

Un champion d'apnée évite la mort sous la glace

L'Autrichien Christian Redl a terminé inconscient sur la surface gelée du lac de Weissensee, après avoir échoué à conquérir un record de plongée en apnée sous la glace.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Ce n'est pas la façon dont l'Autrichien Christian Redl s'imaginait terminer son aventure: inconscient sur la surface gelée du lac de Weissensee, après avoir échoué à conquérir un record de plongée en apnée sous la glace. Remonté par un membre de son équipe, aussitôt pris en charge par les médecins sur place, le sportif est secoué mais philosophe: «Pour moi, ce n'est pas dangereux. C'est juste quelque chose qui peut arriver», explique-t-il, après avoir récupéré ses esprits, aux journalistes de l'AFP qui ont assisté à sa tentative.

Ce brun de 43 ans fait partie de la petite communauté d'apnéistes à chasser l'exploit en eaux glaciales. L'apnée sous la glace est une niche car «il fait froid, sombre, c'est oppressant», décrit Christian Redl. Situé à 930 mètres d'altitude, dans un décor de sapins et de hauts sommets au sud du pays, le lac de Weissensee devait lui offrir les conditions idéales pour descendre à 71 mètres de profondeur, dans une eau à deux degrés, et ainsi battre le record de la discipline détenu par un Neo-Zélandais. La tentative s'est déroulée mi-février, alors que 30 centimètres de glace recouvraient le plan d'eau.

Surnommé «Iceman»

La descente au moyen de la gueuse fixée sur un câble s'est passée comme prévue mais le plongeur a été terrassé lors de sa remontée avec les palmes: «J'ai brûlé trop d'oxygène pour me propulser avec les bras et les jambes et ça, combiné avec la température de l'eau, ça s'est terminé en blackout». Les vocations prennent parfois d'étranges détours: c'est parce que ses activités professionnelles ne lui permettaient pas de mener ses tentatives de record pendant l'été que le sportif, grandi près de Vienne, s'est spécialisé dans l'apnée sous la glace, y gagnant le surnom de «Iceman».

À 30 ans, il a pu abandonner son métier de banquier d'investissement pour se consacrer à sa passion, complétant ses revenus en enseignant la plongée et en jouant dans des films. Sa capacité à rester en apnée jusqu'à six minutes a fait de lui un figurant demandé pour les rôles de noyé, raconte-t-il en riant. Mais c'est dans son personnage de plongeur de l'extrême qu'il s'est épanoui, avec un goût prononcé pour les aventures spectaculaires: l'an dernier, il s'est immergé dans les eaux sombres des grottes du glacier d'Hintertux, dans les Alpes du Tyrol, à 3 200 mètres d'altitude. En 2012, il est parti au Népal pour explorer les profondeurs d'un lac à 5 160 mètres d'altitude.

«C'est impossible, tu vas mourir»

Cette expérience népalaise reste la plus exigeante qu'il ait jamais menée. «Les dix premiers médecins que j'ai vus m'ont dit: "c'est impossible, tu vas mourir". Le onzième a dit "tu vas mourir mais le projet est intéressant" et je me suis focalisé sur la seconde partie de la phrase». Ant Williams, son rival néo-zélandais, détenteur du record de plongée en apnée sous la glace, lui reconnaît du «talent» pour un sport qu'il décrit comme «bien plus intimidant et inconfortable que la plongée normale». «L'eau n'est pas seulement gelée mais c'est le noir absolu et menaçant là-dessous», décrit-il à l'AFP.

À la différence de l'apnée sous la glace, cantonnée aux spécialistes, la plongée en lac gelé attire de plus en plus en d'adeptes, observe Ernest Turnschek, directeur d'une école de plongée au Weissensee et ami de Redl depuis plus de vingt ans.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • borko le 21.02.2020 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je sais que pour certains c'est un exploit mais je ne comprendrais jamais le besoin de risquer sa vie pour tel ou tel record/gloire. Apres ce n'est que mon avis et ça n'engage que moi ????

  • censuré le 21.02.2020 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la bière ⚰a failli l'attendre à la surface

  • Bibinch le 21.02.2020 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    Si en remontant il peut me prendre un bière ca serait nickel!

Les derniers commentaires

  • Next le 21.02.2020 13:59 Report dénoncer ce commentaire

    La vie à donc si peu de valeur?

  • okay... le 21.02.2020 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Les choses qu'on fait pour l'amour du sport.....

  • Pas ma tasse de thé le 21.02.2020 09:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis moi-même un fan inconditionnel d'apnée, mais la raison en est qu'à 5, 10, 15 mètres de profondeur les océans sont d'une irrésistible beauté et le silence et la quiétude y régnant sont autant de séances de relaxation. Passée cette limite le fond des océans est déjà suffisamment froid pour avoir un impact sur les fonctions cérébrale, alors plonger dans le noir le plus total et ne plus savoir comment je m'appelle, non merci.

  • censuré le 21.02.2020 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la bière ⚰a failli l'attendre à la surface

  • borko le 21.02.2020 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je sais que pour certains c'est un exploit mais je ne comprendrais jamais le besoin de risquer sa vie pour tel ou tel record/gloire. Apres ce n'est que mon avis et ça n'engage que moi ????

    • Le Belge, une fois le 21.02.2020 09:41 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez raison, moi non plus je ne comprends pas ce genre d'individu, surtout qu'on se la risque assez tous les jours sur les routes du Luxembourg et de Navarre...