AS Saint-Étienne

02 août 2020 14:14; Act: 03.08.2020 17:51 Print

Violences lors d'un bizutage au centre de formation

Une enquête judiciaire vient d'être ouverte pour «coups et blessures volontaires», après le bizutage de deux jeunes footballeurs du Centre de formation de l’AS Saint-Étienne.

storybild

Les jeunes apprentis ont attendu plusieurs jours avant d'en parler à leurs éducateurs. (photo: AFP/Jean-philippe Ksiazek)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ASSE a déposé une plainte contre X vendredi à la suite des révélations des victimes, âgées de 15 et 16 ans, auprès de leurs éducateurs, a indiqué à l'AFP une source judiciaire, confirmant une information du quotidien sportif L'Équipe.

L'enquête pour «coups et blessures volontaires sur fond de bizutage» a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Saint-Étienne.

Mises à pied

À l'issue d'une enquête interne, le club évoque des «faits inacceptables» et indique dans un communiqué que «deux pensionnaires ont été convoqués à un entretien préalable à une éventuelle sanction et mis à pied à titre conservatoire. Un troisième a fait l’objet d'une exclusion temporaire».

«Quatrième meilleur centre de formation, selon le dernier classement de la Fédération française de football, le club ne peut tolérer des actes inappropriés et contraires aux valeurs inscrites dans son projet sportif d'excellence permettant à de nombreux jeunes joueurs d'intégrer le groupe professionnel», souligne l'ASSE.

Roués de coups

Le bizutage improvisé au cours duquel les deux jeunes pensionnaires auraient été roués de coups de bâtons par trois de leurs aînés s'est produit dans la soirée du 24 juillet, peu après la finale de la Coupe de France perdue par l'ASSE (0-1) contre le Paris Saint-Germain.

Destiné à «marquer le passage de certains en année supérieure», le bizutage a eu lieu quand les deux adolescents regagnaient leurs chambres au centre de formation de l'Étrat (Loire), après avoir suivi le match à la télévision avec les autres pensionnaires. Les jeunes apprentis ont attendu plusieurs jours avant d'en parler à leurs éducateurs.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Allez vous faire soigner... le 02.08.2020 15:50 Report dénoncer ce commentaire

    Pour frapper des gens à coups de bâtons, il faut vraiment avoir un problème psychologique.

  • Baron Rouge le 02.08.2020 14:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le bizutage c’est l’expression de la dégénérescence humaine .

  • murdok le 04.08.2020 05:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La mousse à raser le cirage pouvait faire rire mais cela reste toujours la domination d’un groupe sur quelques autres mais des coups de bâton et bientôt pourquoi pas prendre un couteau.

Les derniers commentaires

  • murdok le 04.08.2020 05:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La mousse à raser le cirage pouvait faire rire mais cela reste toujours la domination d’un groupe sur quelques autres mais des coups de bâton et bientôt pourquoi pas prendre un couteau.

  • Robert Chouinard le 03.08.2020 18:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le bisoutage c est quand même mieux mais avec la distance social,..... alors avec un bâton, on risque moins.

  • Allez vous faire soigner... le 02.08.2020 15:50 Report dénoncer ce commentaire

    Pour frapper des gens à coups de bâtons, il faut vraiment avoir un problème psychologique.

  • Baron Rouge le 02.08.2020 14:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le bizutage c’est l’expression de la dégénérescence humaine .