Tennis

11 septembre 2020 07:55; Act: 11.09.2020 12:25 Print

Osaka et Azarenka sont de retour en finale

Naomi Osaka retrouvera samedi la finale de l’US Open, deux ans après son titre, où elle affrontera Victoria Azarenka.

storybild

Serena Williams a connu une nouvelle désillusion à New York. (photo: KEYSTONE)

Sur ce sujet
Une faute?

«Sept ans depuis ma dernière finale? Sept, c’est mon numéro préféré, ça ne pouvait donc pas être autrement!» a lancé Azarenka, tout sourire, après sa qualification 1-6, 6-3, 6-3. Une qualification obtenue de très très haute lutte, à coups de raquettes et de décibels, face à Serena Williams qui l’avait battue en finale à Flushing Meadows en 2012 et 2013.

À bientôt 39 ans (le 26 septembre), l’Américaine savait qu’elle devait rapidement prendre le match en main si elle voulait s’en sortir face à la Biélorusse. Et effectivement, elle a complètement étouffé son adversaire dans la première manche. Mais c’est une autre Azarenka qui a repris le match au 2e set, en tenant l’échange, en frappant et en criant aussi fort que Williams, et en ne commettant qu’une seule faute directe de tout le set.

Azarenka n’a plus jamais relâché la pression ni perdu l’ascendant. Même lorsque Williams a demandé un temps mort médical pour se faire poser un bandage supplémentaire autour d’une cheville gauche déjà scrupuleusement strapée. «Je savais que le match n’était pas fini au premier set, et pareil quand j’ai mené 5-3 au troisième. Je suis passée par là avant, mais à l’époque j’étais jeune, j’avais un gros ego, tout ça a rétréci depuis...», a commenté Azarenka.

«Plaisir»

À 31 ans, elle revient au plus haut niveau après avoir accouché en 2016 et repoussé son retour jusqu’à la mi-saison 2018 en raison d’une bataille judiciaire pour la garde de son fils. Pour sa troisième tentative en finale à Flushing Meadows, la lauréate de l’Open d’Australie 2012 et 2013 affrontera Naomi Osaka. Les deux joueuses auraient dû s’affronter en finale de Cincinnati, juste avant l’US Open, mais Osaka avait déclaré forfait juste avant le match en raison d’une blessure à la cuisse gauche.

«Je suis excitée de rencontrer Naomi, on aurait dû s’affronter il y a deux semaines, c’est une joueuse très puissante, il faudra être forte mais surtout prendre du plaisir», a commenté Azarenka. Jeudi, la Japonaise de 22 ans, 9e mondiale, a difficilement écarté l’Américaine Jennifer Brady (41e) 7-6 (7/1), 3-6, 6-3. Elle a remporté l’US Open 2018 et l’Open d’Australie 2019, mais n’avait plus dépassé les 8es de finale en Majeur depuis.

Face à Brady, 25 ans, Osaka est apparue très solide et en pleine confiance. «J’ai voulu sortir de cette période de confinement en étant positive, peu importe que je perde ou gagne, mais en sachant que je ferais 100% d’efforts», a-t-elle commenté.

Les deux joueuses ont produit un très bon tennis, servi le plomb (10 aces pour Brady, 9 pour Osaka), réussi beaucoup de coups gagnants (35 chacune) et n’ont fait que peu de fautes directes compte tenu de l’engagement (25 pour Brady, 17 pour Osaka). «On tenait bien nos engagements, j’ai dû faire quelques ajustements sur son service», a expliqué Osaka.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Une Belge le 11.09.2020 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi mettre une image de Serena Williams alors ?

Les derniers commentaires

  • Une Belge le 11.09.2020 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi mettre une image de Serena Williams alors ?