Robin Söderling

06 juillet 2020 16:15; Act: 06.07.2020 17:58 Print

«J'ai cherché sur Google comment me suicider»

L'ancien tennisman suédois Robin Söderling a raconté l'enfer de sa dépression, liée à son accession au très haut niveau. Un témoignage puissant.

storybild

Robin Söderling a retrouvé le sourire après une longue traversée du désert. (photo: KEYSTONE)

Sur ce sujet
Une faute?

Robin Söderling restera à jamais l'homme d'un impossible exploit: déboulonner la statue Rafael Nadal de son socle du court Philippe Chatrier. C'était en mai 2009, une semaine avant que le tennisman suédois (professionnel de 2001 à 2015) ne s'incline en finale de Roland-Garros contre Roger Federer. Douze mois plus tard, le frappeur de Tibro retrouvait la finale du «French» (défaite contre Nadal) avant de finir la saison n°4 mondial. Ce sera la dernière qu'il disputera entièrement. Malgré quatre titres en 2011, Söderling disparaît en effet des radars au milieu de l'été, officiellement à cause d'une mononucléose.

On sait désormais que Robin Söderling souffrait en réalité de dépression. Il s'en est ouvert au micro de la radio publique suédoise Sveriges Radio. «Il n'y avait que trois joueurs contre lesquels j'acceptais de perdre (NDLR: Federer, Nadal, Djokovic). Il fallait que je batte absolument les autres. Sinon je me voyais comme un raté». Une pression qui prend une ampleur insupportable juste après son dernier titre à Bastad, conquis en finale face à David Ferrer.

Quelques semaines plus tard, l'US Open marque un point de rupture. «Je ne faisais que pleurer. J'étais sur mon lit à l'hôtel, et dès que je songeais à entrer sur un court, j'étais en panique. J'ai compris que peu importe ma volonté, je ne pouvais pas. Même si on me mettait un pistolet sur la tempe». Les semaines qui suivent se transforment en enfer. La preuve avec cet aveu choc: «J'ai cherché sur Google comment me suicider».

Dans cet entretien, Robin Söderling fait remonter les premiers signes de la maladie à la saison de son coup d'éclat, en 2009. Comme si son accession au très haut niveau s'était accompagnée d'un poids chaque jour plus difficile à supporter. «Je sentais une angoisse constante, ça me rongeait de l'intérieur. Je m'asseyais dans mon appartement et regardais dans le vide, sans comprendre. Le moindre bruit me mettait en panique. Quand le téléphone sonnait, je tremblais de peur».

Avertir la jeune génération

Si le double finaliste de Roland-Garros a finalement accepté de s'ouvrir sur l'ampleur du mal qui l'a rongé, c'est avant tout pour inviter les autres malades de dépression à prendre la parole. Et pour inviter les jeunes sportifs d'élite à ne pas s'enfermer dans leur quête de performance.

«On parle rarement des problèmes psychologiques dans l'élite du sport mondial, regrette le Suédois. C'est pour cela que je voulais me confier. À ceux qui dédient leur vie au sport et à leurs parents, je dis qu'il faut s'entraîner dur, mais dans la sérénité. Faites du sport, rêvez, mais même si vous réussissez, assurez-vous d'avoir autre chose à côté, d'avoir une vie».

(L'essentiel/Mathieu Aeschmann)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxembourgmerveilleux le 06.07.2020 17:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très courageux et généreux partage de la part de Robin. Encourageant pour les jeunes en difficulté. J’espère qu’il va bien et remonte la pente avec une plus belle vue sur la vie à présent.

  • Bobo le 06.07.2020 18:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'élite du sport ne sera jamais l'élite de la vie...il n'y en a pas, d'élite, parmi les mortels.

Les derniers commentaires

  • Bobo le 06.07.2020 18:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'élite du sport ne sera jamais l'élite de la vie...il n'y en a pas, d'élite, parmi les mortels.

  • Luxembourgmerveilleux le 06.07.2020 17:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très courageux et généreux partage de la part de Robin. Encourageant pour les jeunes en difficulté. J’espère qu’il va bien et remonte la pente avec une plus belle vue sur la vie à présent.