Tennis

11 octobre 2020 17:56; Act: 11.10.2020 18:41 Print

Nadal remporte Roland Garros pour la 13e fois

Le champion de tennis espagnol a facilement battu Novak Djokovic en trois sets (6-0, 6-2, 7-5) ce dimanche, en finale de Roland Garros.

storybild

Rafael Nadal compte désormais 20 titres du Grand Chelem, à égalité avec Roger Federer. (photo: AFP/Thomas Samson)

Sur ce sujet
Une faute?

Rafael Nadal a surclassé Novak Djokovic en trois sets 6-0, 6-2, 7-5 pour s'offrir un treizième sacre historique à Roland-Garros dimanche et égaler le record de vingt trophées en Grand Chelem établi par Roger Federer. Djokovic en reste à 17 tournois majeurs et encaisse sa première défaite de l'année à la régulière, la deuxième après sa disqualification choc à l'US Open. Il manque ainsi l'occasion de devenir le premier joueur de l'ère Open (depuis 1968) à compter au moins deux fois chacun des quatre titres du Grand Chelem à son palmarès.

«Gagner ici, c'est tout pour moi», s'est réjoui Nadal. «Je ne pense pas au vingtième (Grand Chelem), aujourd'hui, c'est juste une victoire à Roland-Garros, et Roland-Garros, c'est tout pour moi, j'y ai passé les moments les plus importants de ma carrière sans aucun doute». «Rien que jouer ici, c'est une inspiration pour moi, l'histoire d'amour que j'ai avec cette ville et ce court est inoubliable», a-t-il ajouté. Personne d'autre que Nadal n'a remporté plus de onze fois le même tournoi du Grand Chelem. A 34 ans et 130 jours, l'Espagnol devient le vainqueur le plus âgé depuis son compatriote Andres Gimeno en 1972 sur la terre battue parisienne. Et il le réalise sans perdre le moindre set.

Ce succès en finale marque son centième match gagné à Roland-Garros. Depuis sa première participation en 2005, il n'y a connu que deux défaites, en 2009 (contre Söderling en huitièmes de finale) et en 2015 (contre Djokovic en quarts de finale). Il avait déclaré forfait avant son troisième tour en 2016. Il n'y avait probablement pas grand-chose (rien ?) à faire contre un tel Rafael Nadal, à la fois ultra saignant, ultra précis et ultra réaliste. La statistique est affolante : après deux sets, le Majorquin n'avait commis que six fautes directes (deux seulement dans le premier set !) tandis qu'il avait frappé 21 coups gagnants. Dans le même temps, il avait écarté trois balles de break sur trois.

De l'autre côté du filet, il a fallu 54 minutes à Djokovic pour inscrire son tout premier jeu. Et 1h28 pour en empocher un deuxième ! Jamais le Serbe n'avait encaissé de 6-0 en finale de Grand Chelem. De nouveau breaké en début de troisième manche, le N.1 mondial a fini par s'emparer du service de Nadal après 2h10 de jeu pour recoller. Mais il a perdu son engagement une dernière fois sur une double faute, pour permettre à «Rafa» de mener 6-5. L'Espagnol n'a pas tremblé pour conclure au jeu suivant, sur un ace. Nadal revient à 27-29 dans ses face-à-face avec Djokovic.

Sans repères

Au total, en plus de deux heures et demie, le Majorquin n'aura commis que quatorze fautes directes. Djokovic, lui, a dépassé les cinquante (52 précisément), notamment en revers, pourtant son coup fort. Et dire que Nadal arrivait sans repères... À la reprise du circuit ATP mi-août après cinq mois d'interruption forcée en raison de la pandémie de Covid-19, il avait préféré renoncer à la mini-tournée américaine Cincinnati-US Open concentrée à New York. Il n'avait repris la compétition que mi-septembre à Rome, où l'Argentin Diego Schwartzman l'avait stoppé dès son troisième match, en quarts de finale. Fallait-il y voir un symbole ? Pour rejoindre la finale, «Rafa» avait passé précisément 13h13 sur les courts parisiens depuis le début de la quinzaine.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Toni le 11.10.2020 19:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à Rafa pour cette victoire méritée mais pas si facile que ça pour celui ou celle qui a regardé le match.

  • Miss57 le 11.10.2020 18:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Nadal

  • TontonB le 11.10.2020 18:17 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être le prétentieux Novak Djokovic n'était pas remis du Corona qu'il a eu au printemps ... heureusement déjà, cette fois, il n'y as pas mitraillé les ramasseurs ... Bravo à Nadal pour cette victoire éclatante, sans appel!

Les derniers commentaires

  • Voyou le 12.10.2020 09:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    52 fautes directes de Djokovic = 52 points donnés à Nadal ! Drôle de finale !

  • Vanille le 12.10.2020 05:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Djoko a aussi joué ceux milieu de tableau, c’est le principe des têtes de série en fait

  • Vanille le 12.10.2020 05:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous voulez qu’il fasse exprès de perdre?

  • liberté le 11.10.2020 22:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vamos vamos Nadal,,moi je dis chapeau. bravo vous êtes un grand joueur c'est mérité..wouah 13 Roland garros 20 trophées avec Federer vous êtes les meilleurs..a coucou vous êtes jaloux ou pas sportif????tout travail se paye et je lui souhaite encore plein de victoires avec Federer bien sur bravo

  • Jean II le 11.10.2020 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme d'habitude , pour arriver en finale , Nadal a joué contre ceux en milieu de tableau et a eu plus de temps pour récupérer pour la finale . Pffffff

    • @Jean II le 12.10.2020 08:25 Report dénoncer ce commentaire

      oui il a toujours de la chance,