Championne de tennis

18 octobre 2021 13:10; Act: 18.10.2021 13:36 Print

Petite, elle a promis «un café à Roland-​​Garros» à sa mère

La Tunisienne Ons Jabeur, première joueuse de tennis du monde arabe, hommes et femmes confondus, à accéder lundi, au top 10 mondial, tutoie les sommets sportifs.

storybild

Ons Jabeur a atteint les demi-finales au tournoi d'Indian Wells. (photo: AFP/Frederic J. Brown)

Sur ce sujet
Une faute?

Après avoir atteint les demi-finales du tournoi d'Indian Wells, où elle a chuté face à la future lauréate Paula Badosa, la Tunisienne de 27 ans a fait un bond au classement WTA, en passant de la 14e à la 8e place. Atteindre ce rang, «c'est un rêve qui devient réalité, j'ai toujours voulu être là», a-t-elle expliqué. «Ce n'est que le début», a ajouté la Tunisienne, estimant «mériter cette place depuis longtemps», et disant son ambition de devenir numéro un mondiale.

Dans un entretien avec l'AFP en juillet à Tunis, elle se disait «très fière de représenter une nation entière, la Tunisie» aux JO de Tokyo, ainsi que «les Arabes et l'Afrique». L'été dernier, la droitière a vendu deux de ses raquettes au profit d'hôpitaux locaux, quand la Tunisie était submergée par une terrible vague de Covid-19. «C'était un devoir pour moi d'aider mon pays», a-t-elle expliqué, après avoir réuni 27 000 dollars (environ 23 300 euros).

«Onstoppable»

La première fois qu'Ons Jabeur a crevé l'écran sur la scène internationale, c'était à l'Open d'Australie, en janvier 2020. À l'époque classée 78e mondiale, elle devient la première joueuse d'un pays arabe à se qualifier pour les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem. Elle s'incline à ce stade contre l'Américaine Sofia Kenin, future championne. En juin 2021, elle remporte le tournoi (WTA 250) de Birmingham, le premier titre sur le circuit principal pour une joueuse maghrébine.

(AFP)

En parvenant en huitièmes de finale à Wimbledon en juillet, elle devient «Onstoppable» pour les internautes tunisiens, un jeu de mots entre son prénom et «unstoppable», «inarrêtable» en anglais. À l'AFP, elle a expliqué avoir «gagné en expérience et confiance», à partir de l'Open d'Australie. «Les autres joueuses ont commencé à avoir peur de jouer contre moi (...) Ma façon de jouer reflète ma personnalité. En tant qu'être humain, j'ai beaucoup de sentiments et durant le match, je les exprime».

«Rien n'est impossible»

Sans oublier une note d'humour, comme quand elle transforme en pompes une chute sur le court, ou quand elle prend sa balle de tennis pour faire des jongles avec ses pieds comme une footballeuse. Ons Jabeur a un message pour la jeunesse tunisienne: «Rien n'est impossible». «Durant ma carrière, nombreux sont ceux qui ont douté de mes capacités à arriver à ce niveau, mais ma confiance en moi et mon travail m'ont permis d'avancer», a-t-elle dit à l'AFP.

Née le 28 août 1994 à Ksar Hellal, ce petit format de 1,67 m pour 66 kg, a commencé très tôt le tennis, à Hammam Sousse, banlieue chic de la station balnéaire Sousse. À trois ans, son club a pour seuls terrains les courts de tennis des hôtels voisins. Nabil Mlika qui l'a entraînée à l'époque, se souvenait auprès de l'AFP en 2020 de «son dynamisme, de son application» et de «sa rage de vaincre».

«Vexés d'être battus par une fille»

À 10 ans, elle disait à sa mère qu'elle l'emmènerait «un jour boire un café à Roland-Garros», raconte-t-il. «Elle l'a fait, c'est magique». À 12 ans, la jeune prodige intègre le lycée sportif de El Menzah, à Tunis. «Ons avait une facilité de gestes techniques exceptionnelle», a témoigné auprès de l'AFP, l'ex-directeur technique de la Fédération tunisienne, Hichem Riani. D'anciens camarades se souviennent d'une adolescente qui aimait affronter les garçons. «Une fois, elle a participé à un tournoi et a gagné des matches, ce qui a démoralisé certains joueurs, vexés d'être battus par une fille», a raconté l'un d'eux, Mehdi Abid.

Après sa victoire à Roland-Garros en 2012, dans le tournoi junior, elle quitte la Tunisie, mais y revient régulièrement se préparer avec son entraîneur Issam Jalleli, et son mari et préparateur physique, Karim Kamoun. «Dès le début, j'ai voulu une équipe technique composée de Tunisiens», disait-elle à l'AFP, pour montrer que «le Tunisien peut réussir et réaliser l'impossible à l'étranger».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.