Tennis

27 août 2019 12:12; Act: 27.08.2019 12:21 Print

Tout est géant du côté de l'US Open

À New York, on aime tant faire dans la démesure... Et les fans qui se rendent à Flushing Meadows adorent ça.

storybild

Le court Arthur-Ashe, plus grand stade de tennis du monde et Central du tournoi le mieux doté. (photo: Seth Wenig)

Sur ce sujet
Une faute?

En 1965, Serge Gainsbourg chantait: «J'ai vu New York, New York USA… haut, c'est haut!». Ce refrain toujours d'actualité colle bien aux caractéristiques du Billie Jean King Tennis Center, qui accueille à New York la 4e levée du Grand Chelem de la saison. Situé à Flushing Meadows, à quelques encablures de Manhattan, le complexe arbore un court central baptisé du nom d'Arthur Ashe, en hommage à l'un des plus grands gentlemen du sport américain, vainqueur en 1968 du premier US Open, qui peut accueillir la bagatelle de 23 000 spectateurs. Soit plus que nulle part ailleurs sur le circuit professionnel.

En montant tout en haut des tribunes, c'est à peine si on peut distinguer Roger Federer de Novak Djokovic, mais pour les fans américains, il s'agit presque d'un détail. Tant qu'ils peuvent participer à l'ambiance chaotique des lieux, et ovationner ou huer selon l'humeur les champions ou arbitres tout en se gavant de hamburgers, bière ou autres cheesecakes, le déplacement en vaut la peine. Ici, tout est grand, et notamment les chèques remis aux joueurs, puisque les vainqueurs du simple, hommes et dames, se verront remettre pas moins de 3 800 000 dollars. Là aussi, c'est bien plus qu'ailleurs.

Lundi, en tout cas, le tournoi a ouvert ses portes sous une fraîcheur et un vent qui contrastaient avec l'extrême moiteur généralement attendue à cette période de l'année. Quelques jours plus tôt, la Grande Pomme suffoquait. Mais on a le temps de voir arriver des jours et des ­moments chauds, très chauds. 

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.