Au Luxembourg

25 janvier 2019 09:00; Act: 25.01.2019 12:11 Print

Des cours d’art urbain font fleurir la créativité

ESCH-SUR-ALZETTE - À la Kamellebuttek, les esprits créatifs se donnent rendez-vous pour des cours d’art urbain et contemporain.

Sur ce sujet
Une faute?

«C’est le partage de notre art et métier, qui nous inspire à concrétiser ce projet», raconte Raphael Gindt, artiste professionnel indépendant de street art et graffiti. Le temps de six mois, six artistes proposeront des cours d’art urbain à la «Kamellebuttek», galerie d’art contemporain urbain à Esch, dans le cadre d'une collaboration avec le Service national de la jeunesse.

Au programme: des cours de photographie «Urbex» (NDLR: photographie dans des bâtiments abandonnés), dessin classique et de sculpture. Le cours d’initiation au street art est le premier sur la longue liste. Tous les jeudis, Raphael donne rendez-vous aux enthousiastes du street art.

«Ils seront réalisés sur des murs»

Avant de passer à l’exécution, le connaisseur dans la matière écoute d’une oreille attentive les idées de projets de ses nouveaux «élèves». «Je pensais fusionner l’image d’un chat et d’un hibou», lance Sarah, 22 ans. «Moi j’aimerais bien reproduire un immense coucher du soleil», suggère Lisa, 11 ans.

«Ils sont invités à laisser libre cours à leurs esprits créatifs», ajoute l’artiste. Le matériel nécessaire est sur place. Les artistes en herbe n’ont plus qu’à se lancer sous le regard attentif de Raphael. «Les projets que les élèves élaboreront dans l’atelier seront réalisés sur les murs d’un bâtiment abandonné», précise-t-il.

Diaporama: Des cours d’art urbain font fleurir la créativité

(Ana Martins/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Supertram le 25.01.2019 10:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Génial cette idée, les jeunes pauvres qui ne veulent pas travailler peuvent peut être participer gratuitement au projet, cela montrera leur implication minimale dans la vie culturelle du pays !

Les derniers commentaires

  • Supertram le 25.01.2019 10:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Génial cette idée, les jeunes pauvres qui ne veulent pas travailler peuvent peut être participer gratuitement au projet, cela montrera leur implication minimale dans la vie culturelle du pays !

    • Hono le 25.01.2019 14:45 Report dénoncer ce commentaire

      Allez-y aussi Supertram, l'art est utile pour lutter contre les préjugés!