Événement au Luxembourg

16 juin 2018 17:47; Act: 16.06.2018 18:03 Print

Le football urbain a fait son show aux Rotondes

LUXEMBOURG – La première édition du festival Epic Skills a rassemblé plusieurs fous du ballon rond sur le parvis des Rotondes, samedi dans la capitale.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

«Parmi plusieurs disciplines dérivées du football mises à l'honneur, il y a le teqball et le Panna KO», explique Domenico Laporta, président de l'Association luxembourgeoise de street soccer (ALSS), lors du festival Epic Skills, samedi aux Rotondes. Mais l'événement est avant tout l'occasion pour plusieurs professionnels et amateurs du football freestyle de briller lors d'une compétition. «Il y a une quarantaine de freestylers. Jusqu'à 18h, les premiers s'affrontent pour faire partie des 16 participants à la grande finale, vers 20h», continue Domenico Laporta.

Avant l'arrivée des premiers des 300 spectateurs, les «battles» entre les premiers acrobates du football freestyle ont débuté dès 14h. Chacun disposait alors de trois minutes pour démontrer ses plus beaux tours, lesquels étaient notés sur la difficulté, l'originalité, l'exécution et le contrôle. La première à faire son entrée sur la tribune pour enchaîner les jongles était Laura, 17 ans, venue de Buren, aux Pays-Bas. La jeune femme, inscrite parmi les amateurs, n'en est pas à ses débuts: «Je m'entraîne plus de 20 heures par semaine, depuis presque trois ans».

Amine, 27 ans, a fait le chemin depuis Paris. «J'aime beaucoup ce mélange de football et de danse hip hop», lance le jeune homme, qui a débuté le football freestyle il y a sept ans. «Les huit meilleurs des qualifications disputeront la finale avec huit invités», ajoute Sven Fielitz, freestyler luxembourgeois, co-organisateur et membre du jury. Parmi ces invités, des pointures de la discipline comme Alexander Wessberg, de Finlande et Jesse Marlet, des Pays-Bas. «Nous sommes fiers d'être ici au Luxembourg pour nous amuser et partager notre passion avec le public luxembourgeois», souligne Jesse Marlet.

(Pierre François/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.